Back Home (To the main page)

 

Sections

About us

Contact us

 
 
Vues Panorama > Mont Liban > Kesserwan > Palais du Président Chéhab


La maison du Président (Le Palais du Président Chéhab)

Tenues par les mains de leur mère, 4 et 5 ans, Marina et Madona sortaient de l’église des Frères, un dimanche en mai 1971 se dirigeant vers leur maison à une centaine de mètres de là. L’une disait à l’autre : « Que va-t-elle faire, la Sainte Vierge, avec les 50 piastres qu’on a données à l’église ? » l’autre de répondre : « De quoi tu te mêles ; elle fera ce qu’elle voudra. » Devant elles une personne de 70 ans ralentissait le pas pour écouter la suite de la conversation, lui qui n’avait pas eu d’enfants, mais qui considérait que toute la nation formait sa famille. Arrivé à l’entrée de sa résidence, à droite, à une dizaine de mètres de l’église, il se retourne et demande à la mère des fillettes: « Les filles de qui sont-elles ces deux petites ? » et la maman de répondre: « Ce sont les filles de Joseph Matar », il rétorqua: « Alors c’est toi, Andrée, que je n’ai pas reconnue ! Salue Joseph, mon voisin ». Une proche parenté le liait à Andrée dont la grand-mère était une Cheikha Hobeich et la mère du Président était aussi une Hobeich, une illustre famille.

Vous comprenait bien que cette personne qui assistait souvent à la messe chez ses voisins, les Maristes, était le Président Général Fouad Chéhab. Les deux fillettes, l’une est devenue artiste et brillante architecte, l’autre est une éminente docteur en médecine et professeur à la Faculté. Cet événement qui se déroula sur une petite ruelle, démontre le profond humanisme, la grande bonté, l’amour pur… de ce président…

Les contes d’enfants sont lus le plus souvent par les grands. L’humanisme, l’imagination, les sentiments, le dévouement, le sacrifice etc… n’ont rien à faire avec la carrière, que l’on soit Président ou instituteur…

En tant que voisins, les maisons à Jounieh étaient éparpillées, peu nombreuses… dans notre quartier, pourtant central, près des Frères et de la place du ‘marché’, des centaines de mètres séparaient les maisons.

Les Hobeich-Chehab étaient nos voisins les plus près avec les Maristes, et lors du voyage du général Chehab en France, encore brigadier, il loua chez nous un local pour déposer ses meubles et ses affaires.

Quand il accéda à la Présidence il ne résida pas à ‘Kantari’ dans le palais présidentiel. Pour Napoléon, là où il s’asseyait devenait la tête de la table, et pour Chehab la résidence était là où il se trouvait, là où il se trouverait.

Il opta pour une résidence à 1 ou 2km de sa petite maison de Jounieh. Oui, sa petite maison, ou maisonnette, était celle de l’unique président qui n’a pas construit de ‘Palace’, ou de fastueuses et grandes maisons. Napoléon n’a jamais habité Versailles, mais les Tuileries… Fouad Chehab, ce qui l’intéressait c’était la nation entière, son bien, l’infrastructure de ce pays etc…

Enfant, il avait sûrement traversé des centaines de fois ’Zouk’ et vu au début de la montée cette maison de contes, de rêves et d’histoires d’enfants.

Oui, moi aussi et tous les enfants mes semblables, étaient fascinés par cette maison ; dans nos allées et venues à Beyrouth dans nos sorties avec l’école et nos jeux, on passait souvent devant cette maison qui nous arrêtait et stimulait nos rêves. On ne savait pas à qui elle appartenait mais on savait qu’elle était comme les maisons qui illustraient les contes pour enfants.

Etait-elle la maison de la ‘Princesse au bois dormant’ ou celle de ‘Blanche neige’ ou ‘Cendrillon’ ? Avait-elle été construite par des extra-terrestre ou servi de résidence au petit Prince de Saint Exupéry ?

On s’arrêtait, observant ses perspectives ses terrasses symétriques, les arbres de pins et d’autres, son portail en fer forgé, son enceinte, était-elle habitée par des anges, des musiciens célestes ? Construite par des fées ? des déesses ? El le Président Chehab, enfant ne s’était-il pas arrêté plus d’une fois devant cette maison paradisiaque, comme beaucoup d’autres.

Je connais vaguement les propriétaires ; ils l’ont dit: la résidence Amatoury. Etait-ce vrai ?

Ce qui est certain, c’est que le Président Chehab voulut réanimer cette maison, lui redonner vie et âme, en faire sa résidence présidentielle, son quartier général pour diriger le pays.

En peu de temps, elle devint un chantier de réaménagement, restauration qui dura peu de temps.

Escorté par ses gardes, il lui fallait moins de trois minutes pour se déplacer de Ghadir-Jounieh à Zouk. La maison aura vue, reçue, accueillie les responsables les plus hauts placés au monde et au Liban, les ambassadeurs, les dignitaires, les religieux etc…

Le palais présidentiel fut transféré à Sin-el-fil avec le Président Hélou, avant d’aménager la Résidence actuelle de Baabda. Cette maison de Zouk fut achetée ou plutôt vendue à un homme d’affaires (Monsieur Abtour me racontant qu'ils sont les descendants de Français "Abbé de la Tour"), dont je connaissais l’épouse. Elle me visita dans mon atelier un jour pour acheter trois de mes œuvres voulant orner un coin de son salon, et depuis, avant la triste guerre de 75, jusqu’à hier et à la demande de William, j’ai creusé un peu dans ma mémoire pour lui raconter ce que je sais humblement de cette maison qui a un nouveau patron, un nouveau propriétaire. Parler du Président Chehab, c’est un sujet très riche qui fera couler beaucoup d’encre, et faire une recherche autour de cette maison de rêve est possible aussi. J’ai été heureux de savoir que le nouveau Patron a voulu à tout prix acquérir cette maison pour la sauver car elle appartient au Patrimoine du Liban. Je me demande si tous ces richissimes libanais partout dans le monde feront ce que vient de faire M. El Ters, qu’il soit un bon exemple.

Tout ce qui a été mis à jour une affaire d’Etat, devrait être ‘pieusement’, dit Victor Hugo, sauvegardé pour l’avenir. L’humble maison de Du Guesclin, au Moyen Age, est conservée, entretenue, honorée, sur le Mont Saint Michel en Normandie et devient là un lieu de pèlerinage historique national. Notre Président le général Fouad Chehab a offert à la maison une stature et une action d’homme d’Etat comme il en existe peu chez nous et dans le monde. L’humble demeure d’où il a exercé son admirable Présidence, mérite que l’on y rappelle sa mémoire comme on le fait pour le moindre monument où un grand de ce monde s’est arrêté et que même une simple et prodigieuse stèle du Nahr el Kalb perpétue après plus de 2000ans. Ramsès, le grand Ramsès a passé par là, s’est arrêté, à franchi l’obstacle absolu. Tout comme Assar-Adon le Babylonien… on vient avec respect et surprenante admiration contempler les lieux où ces héros ont passé et émerveillé leurs peuples. Qu’il en soit ainsi pour lui, notre Chehab illustre et simple. Qui a dit et chanté ses hauts faits ?... Ne le lui devions-nous pas ?

- Palais du Président Chéhab: >> Voir la Vue << (2012-03-01)

 

 


Panoramic Views | Photos | Ecards | Posters | Map | Directory | Weather | White Pages | Recipes | Lebanon News | Eco Tourism
Phone & Dine | Deals | Hotel Reservation | Events | Movies | Chat |
Wallpapers | Shopping | Forums | TV and Radio | Presentation


Copyright DiscoverLebanon 97 - 2017. All Rights Reserved


Advertise | Terms of use | Credits