Back Home (To the main page)

 

Sections

About us

Contact us

 
 
Vues Panorama > Mont Liban > Le Shoof > Lady Esther Stanhope, Djoun

Une Hôte du temps de Béchir agressive et gênante: Lady Esther Stanhope, Djoun

Une hôte de Marque vint habiter définitivement le Liban en 1808. La nièce du fameux homme d’état britannique William Pitt. Elle était née en 1776 et avait été la secrétaire, confidente et le bras droit de son oncle, jusqu’à sa mort en 1806.

Ayant apprit la triste nouvelle qui la désorienta : la mort de son frère et de son fiancé le Général John Morre à la bataille de Corogne gagnée par Napoléon en Espagne, Lady Esther Stanhope décida de venir en Orient. Elle visita Istanbul, parcourut Egypte, la Palestine, la Syrie… et se fixa à Djoun au Liban sud. Elle y est morte en 1839.

Esther était d’une belle allure, svelte, imposante, autoritaire : sa couleur, sa fraîcheur, sa grâce, son charme … étaient uniques une belle femme à contempler… pureté de lignes, majesté tout en elle était poussé au sublime. Pour la décrire, il faudrait un chapitre, en plus de ce physique exceptionnel, il faut joindre son courage, sa pensée, son intelligence, sa volonté : une vraie Pitt. qui ne connaissait pas la peur, beauté féminine inégale et courage d’un homme hors commun.

Jeune, belle, riche, audacieuse, aimable… à Djoun, elle avait beaucoup de préoccupations ‘orientales’ sur une colline ‘Dahr el Sitt’. La ‘Colline de la Dame’ elle construisit sa résidence et mena une vie d’un luxe oriental des mille et une nuits, servie par une armée de serviteurs : plus de cinquante personnes venues de toutes parts se plier à sa merci, un médecin personnel et deux fois plus d’indigènes, maîtres d’hôtel, des femmes suisses, anglaises,… étaient ses dames de compagnie…, des libanaises druzes et chrétiennes étaient aussi dans son armée. ‘Fattoum et Zaïzafoun jeunes servantes qu’elle terrorisait, son caractère était des plus bizarres, elle avait une véritable aversion pour les femmes ; elle refusa de recevoir en 1816 la Princesse de Galles, de passage au Liban. Elle était difficile, elle ne mangeait avec personne, dit Lamartine qui fut son hôte et se nourrissait de pain et de fruits, pour Pierre Benoit : « Elle passait la moitié de son temps à interroger les astres et le reste en conversations ; elle était une causeuse intarissable, elle parlait de dix à quatorze heures sans quitter son diwan ».

Les avis de ses visiteurs furent partagés; celui de Lamartine fut enthousiaste ; mais un autre François Laborde, la taxa en 1827 de ‘vieille folle’ ou de gâtisme et de sénilité, pour Dr. Madden elle était un génie et une intelligence peu commune etc…

Les rêves, les prédictions des astronomes furent sa préoccupation préférée…Bruce lui attribuait des visées politiques : d’un empire de Palmyre ; elle projetait un mariage avec Ibn Seoud. A-t-elle pensé réincarner Zénobie ou Cléopâtre, ou Balkis ou la Religieuse Fantastique ‘Hindiyé’…

Mais elle était loin, très loin, d’égaler ‘Marie Madeleine’ qui en plus de ce qu’avait Esther, elle avait un parfumeur cananéen, et elle a approché le Seigneur Dieu.

Elle a contrecarré les missions des agents de Napoléon, les agents secrets de lady Esther se trouvaient partout. Pour venger son ami Boutin tué par les Alaouites ; elle prépara une compagne contre le pays des Alaouites, 52 villages brûlés et plus de trois cents Alaouites massacrés, récoltes détruites, arbres coupés, femmes et enfants enlevés, maisons incendiées etc…

Amoureuse à plusieurs reprises, de Boutin, ou du capitaine Loustaunou fils de général… mais sans chance. On vantait sa chasteté, son courage, elle ne connut d’amour que pour la gloire.

Pas d’hommes dans sa vie, a écrit Pierre Benoît à part peut-être ce jeune et nébuleux anglais tué en Espagne. La légende se mêle à la vérité et il est difficile de les séparer.

Les relations de la châtelaine de Djoun avec l’Emir Béchir furent des plus tendues. En 1812 Béchir lui avait réservé une magnifique réception.

Elle tiendra tête à l’Emir pendant plus de vingt ans, il avait aimé se débarrasser de cette hôte hostile. L’Emir fut pour elle un monstre voisin, un démon, son pire ennemi ‘Je ne serais pas une vraie Pitt si je m’inclinais devant un monstre qui ‘charge de chaînes le cou et les pieds de vieillards, crève les yeux arrache les langues.’ Elle disputa à l’Emir son prestige et son autorité. Après la bataille de Navarin, les Français de Saïda se réfugièrent à Djoun. C’est la maison de Lady Esther qui fut terre inviolable d’asile et non plus le Liban de Béchir’.

L’ombrageux Béchir voulait se venger de cette Etrangère et ne savait pas comment. En 1827 il fit publier dans le pays l’ordre que ‘tous les serviteurs de la Dame ‘Sitt’ devaient quitter son service sous peine de perdre leurs biens et leurs vies’. Il alla même jusqu'à cerner sa résidence. Lady Esther riposta demandant l’intervention de l’ambassade anglaise à Istanbul, et la Sublime porte dépêcha immédiatement un Pacha, ambassadeur pour recommander Lady Stanhope.

En 1831 lors de l’invasion égyptienne au Liban éclata la haine et la fureur de l’Anglaise Lady Esther contre Béchir et ses alliés. Elle eut un rôle actif et des espions partout, des informations des agents. Hommes de lettres, romanciers, poètes, généraux, ambassadeurs, agents, espions etc… nombreux sont ceux qui ont approché Lady Esther, el Sitt, qui donnèrent leur opinion, de la folie au génie, ses biographes ont insisté sur ses côtés étranges excentriques, ses illuminations, ses fouilles étranges à la recherche des trésors antiques. Le commerce des Astres, les prophéties, les miracles, les affaires…

Sur les collines Calcinées de Djoun il ne reste rien de l’étrange château sur lequel régna durant vingt années cette châtelaine des plus étranges.

Joseph MATAR

- Lady Esther Stanhope, Djoun: >> Voir la Vue << (2010-06-15)

 

 


Panoramic Views | Photos | Ecards | Posters | Map | Directory | Weather | White Pages | Recipes | Lebanon News | Eco Tourism
Phone & Dine | Deals | Hotel Reservation | Events | Movies | Chat |
Wallpapers | Shopping | Forums | TV and Radio | Presentation


Copyright DiscoverLebanon 97 - 2017. All Rights Reserved


Advertise | Terms of use | Credits