Back Home (To the main page)

 

Sections

About us

Contact us

 
 
Vues Panorama > Mont Liban > Le Shoof > Niha

La Forteresse de Niha

Les origines du nom sont Syriaques et veulent dire: Le calme, le repos, le rêve. Au Liban, il se trouve trois lieus du même nom Niha. Niha, la montagne, le sommet, le village, nous sommes dans le Caza du Chouf à 1270 mètres pour explorer la forteresse taillée dans la falaise et suspendue entre le ciel et la terre. Le sommet du mont Sannine plus au Nord est à 2628 m., le Hosn Niha à 1344 m. La forteresse est à 65 kms de Beyrouth, pour l'atteindre il faut emprunter la route de Deir el Kamar et se diriger vers le Sud.

De nombreuses grottes et caves se trouvent sur le flanc de la montagne. La forteresse troglodytique de Niha dite Cave de Tyron dans les sources franques et Chquif Tayroun dans les sources arabes est taillée dans le rocher d’une falaise qui donne sur la vallée de Bisri et de Aray. En raison de son emplacement stratégique, elle permet de surveiller la route entre Saïda et la Béqaa.

La forteresse possédait un nombre considérable de silos et de dépôts pour emmagasiner blé et munitions. Elle était bien fortifiée et fermée par une muraille rocheuse percée d'ouvertures. Grâce à des poutres adossées sur la falaise qui facilitaient le passage d'un niveau à un autre. Cette citadelle domine toute la région, son emplacement est stratégique et militairement imprenable. Sur une centaine de mètres, des cavités, des chambres, des couloirs sont creusés pour abriter les défenseurs; d'autres sont utilisées pour les travaux domestiques, dépôts de provisions, de vivres, de munitions. L'eau de pluie rassemblée dans des citernes et puits, en plus de l'eau canalisée par des conduits de Ain el-Halquoum. Une citadelle, très fortifiée et fermée par une muraille percée d'ouvertures. La forteresse rocheuse était repartie sur plusieurs niveaux et qui fonctionnaient à merveille: Des attaches pour les chevaux, des structures qui facilitent l'accès à la forteresse, des canalisations, tuyaux en terre cuite pour acheminer l'eau des bassins et citernes creusées dans le rocher pour récolter les eaux de pluie, un fossé creusé dans le rocher, un puits également creusé dans le rocher, une cuisine, des escaliers, des chambres, un silo pour stocker graines et provisions.

En l'an 975, la citadelle fut mentionnée pour la première fois.

En 1133 elle était occupée par Dahhak Bin Jandel Al Tamin.

1133, Damas enlève la forteresse des mains de Dahhak.

1165, elle tomba aux mains des croisés.

1182, les gens de Moussol se sont engagés à la livrer aux croisés.

1238, elle passa aux mains des musulmans, Almalek Saleh Ismail.

1241, de nouveau elle redevient la propriété des croisés.

1251, le Wali de Saida à la tête d'une armée reprend la forteresse.

1257, le Seigneur de Saida en fait don à l'ordre Teutonique, ces derniers ne la conserveront pas longtemps.

1261, les tartares envahissent Damas, et envoient Chehab al Dine Bohta pour attaquer et détruire la forteresse.

1270, Baybar prend Damas et ordonne sa restauration.

1585, l'Emir Qorqmaz Maan s'y refugie peu avant sa mort.

1633, son fils l'Emir Fakhereddine II le grand, persécuté par le Pacha de Damas y trouva refuge avec sa famille avant sa mise à mort en 1635.

Le lieu mérite d'être visiter. Un lieu historique qui retrace certaines pages de l'histoire du Liban.

Joseph et William MATAR

- Forteresse de Niha: >> Voir la Vue << (2014-08-01)

 

 


Panoramic Views | Photos | Ecards | Posters | Map | Directory | Weather | White Pages | Recipes | Lebanon News | Eco Tourism
Phone & Dine | Deals | Hotel Reservation | Events | Movies | Chat |
Wallpapers | Shopping | Forums | TV and Radio | Presentation


Copyright DiscoverLebanon 97 - 2017. All Rights Reserved


Advertise | Terms of use | Credits