Back Home (To the main page)

 

Sections

About us

Contact us

 
 
Vues Panorama > Nord > Akkar > Forteresse de Akkar el Atiqa et Sergius Bacchus


La Forteresse de Akkar el Atiqa et église Sergius Bacchus

Le Mouhafazat du Akkar est une des plus belles régions du Liban dont Akkar al Atiqa’a porte nom, on y ajouta Al Atiqa’a pour la distinguer de la Mohafazat.

Cette dernière est à 135 km de Beyrouth, son attitude varie entre 750 à 1450 mètres.

Le mot Akkar veut dire la barrière, le barrage, le mur…

Elle joua un rôle primordial, surtout aux temps des croisés et aux temps des seigneurs Al Seifa les Tannoukhiines.

Cette forteresse aurait été construite vers l’an 1000 par ‘Muhriz Akkar’ qui lui donna son nom. Elle est située au sommet d’une montagne, un point stratégique dominant la vallée, contrôlant la route Tripoli-Homs et protégeant la plaine de Arca des attaques des musulmans assurant ainsi toutes les communications vers l’intérieur.

La forteresse est actuellement toute en ruine il ne reste qu’une partie de la tour nord.

Il faut une échelle pour atteindre une porte à trois mètres au-dessus du sol, une partie était reconstruite par Baybar.

La superficie du Akkar el Atiqa’a est le centième de la superficie du Liban c’est-à-dire 100km2 : forêts, plaines, sources etc… D’une grande richesse, on y trouve des moulins à eau, des caveaux antiques, des anciennes églises etc…

La forteresse resta en la possession de la famille de Muhriz ibn Akkar jusqu’en 1019. Elle fut conquise par les Fatimides entre 1033 et 1094 reconquise par les croisés en 1170, par le roi de Jérusalem Amaury. Plus tard la forteresse devint la propriété des seigneurs d’Enfé (Nephin) pour être cédée aux Princes de Tripoli en 1202.

C’était un nid d’aigle. Les musulmans décident de l’arracher aux croisés aux temps de Baibar en 1271.
Durant l’époque et l’occupation Ottomane se furent les émirs de ‘Beit Seifa’ qui l’occupent. Elle fut enlevée par Fakhr el Dine deux le grand qui la détruisit.

Le château se composait d’une tour rectangulaire et de quatre autres latérales, des remparts percés de meurtrières, des escaliers et des salles voutées…

Les arabes ont reconstruit certaines tours où l’on voit des bas reliefs de lions illustrés par des insignes de Baîbar.

Dans la vallée surplombée par la forteresse coule un fleuve d’eau pure et potable alimenté par des sources et la fonte des neiges.

La forteresse était en relation à vue d’œil avec d’autres. On avait aménagé un bassin pour alimenter le château en eau. Dans la région on remarque les ruines d’une mosquée et d’un couvent restaurée en 1916.

L’on dit que Youssef Seifa le leader des Tannoukhiines était de l’église orientale Grec-Orthodoxe, c’est logique, car pour se révolter et devenir indépendant tenant tête à la Sublime porte, le sultanat, il fallait appartenir à une autre communauté que celles des sunnites, ces derniers étaient des plus loyaux à l’empire Ottomane et à son sultan incarnant la plus haute autorité, comme les Khalifes.

Joseph Matar

- La Forteresse de Akkar el Atiqa: >> Voir la Vue << (2009-05-01)
- Eglise Sergius Bacchus: >> Voir la Vue << (2014-05-01)

 

 


Panoramic Views | Photos | Ecards | Posters | Map | Directory | Weather | White Pages | Recipes | Lebanon News | Eco Tourism
Phone & Dine | Deals | Hotel Reservation | Events | Movies | Chat |
Wallpapers | Shopping | Forums | TV and Radio | Presentation


Copyright DiscoverLebanon 97 - 2017. All Rights Reserved


Advertise | Terms of use | Credits