Back Home (To the main page)

 

Sections

About us

Contact us

 
 
Vues Panorama > Nord > Le Batroun > Le mur Phénicien et le théâtre Romain


Batroun: Le mur Phénicien et le théâtre Romain

Il nous est difficile de retracer en quelques pages l'histoire d'une ville millénaire à cause des obstacles qui nous entravent: aucune fouille archéologique scientifique générale dans la ville et ses environs n'a jamais été réalisée, faute de documents écrits anciens, cette ville a toujours été marginalisée bien qu'elle soit l'un des sites préhistoriques les plus anciens du Liban.

Site et nom de Batroun:

Batroun est une ville côtière du Liban Nord. Elle se situe à 50 km. au nord de Beyrouth, et à 30 km au sud de Tripoli. La ville ancienne est une presqu’île de forme circulaire en rayon de miel, se caractérisant par son port phénicien classique: une rade au nord de la ville et une autre au sud, près de laquelle se trouvent "la piscine de la fille du roi" (Birket bint el-malak), le chantier naval et "le siège du prince" (Maqaad el mir). On pense que c'est "Maqaad el-mir" qui donna son nom a la ville (J.T. Merchak), "bet trouna" signifiant "l'endroit du chef" et la "localité du prince" (P.P. Hobeika et Armalé). Aussi, Batroun prit-elle son nom de la structure de son relief, "bitron", de la racine sémitique "b-t-r" veut dire "sectionner, fendre et couper", et de la même racine dérive, aussi, un terme qui désigne "le rocher", et "la haute falaise", ainsi, le nom est phénicien de la racine "b-t-r = batara" (Dr. Anis Frayha.). Apres la conquête d'Alexandre le Grand, Les Grecs l'appelèrent "Botrys" signifiant "grappe de raisin", cette appellation semble due aux vignobles qui couvraient son sol et celui de sa région. Ainsi fut-elle appelée par leurs successeurs, les Séleucides, les Romains et les Byzantins. Batroun garda la renommée de ses vins jusqu'a la conquête Ottomane. Les Arabes l'appelèrent "Bathroun" (th, prononciation anglaise). Les Croisés l'érigèrent en seigneurie relevant du comte de Tripoli en l'appelant "Le Boutron".

Les époques de prospérité de Batroun:

La préhistoire (v. -500000 B.P. -3300 av. J.C.)

L'homme préhistorique de Batroun et des ses environs, nous a laisse un artefact très riche, en os (rare), en silex, en basalte et en obsidienne. Il vécut en nomade de la cueillette et de la chasse aux époques du paléolithique, et en sédentaire au néolithique. Les outils qu'il nous laissa sont varies: galets aménagés, bifaces, hachereaux, racloirs, ciseaux...

L'histoire

a- L'époque phénicienne (v.3300 av. J.C. -64 av. J.C.):

C'est l'époque dans laquelle le nom de Batroun fut cite pour la première fois dans l'histoire (lettres de Tall el Amarna, première moitie du XIVe s. av. J.C.). Une statuette votive (v.2000 av. J.C.) trouvée à Batroun nous donne une idée de l'ancienneté de la ville.

Dans les fonds marins de Batroun, les marins pêchent par hasard des poteries dans lesquelles les Phéniciens transportaient des denrées alimentaires.

Plusieurs sarcophages ont été exhumés du cimetière phénicien situé au sud de la ville.

Les deux rades du port de Batroun sont séparées par le mur phénicien (225 m.). La citadelle phénicienne (IXe s. av. J.C.) édifiée par Ittobaal I (v. 887 - 856 av. J.C.) roi de Tyr comme fortification pour basculer l'avancée des armées assyriennes, est le plus ancien vestige construit de la ville.

b- L'époque romano byzantine (64 av. J.C. vers 636 ap. J.C.):

Vers 47 av. J.C., Jules César donna a la population de Batroun le droit de citoyenneté romaine, et Auguste donna a la ville après 31 av. J.C., le droit de battre monnaie.

La ville bénéficiera de ce droit jusqu'au milieu du IIIe s. ap. J.C. Le théâtre romain, situé à l'est de la ville phénicienne était un centre culturel et artistique de la ville. En 1977, une statue en marbre représentant un dauphin monte par un gamin et une mosaïque simple ont été découverts dans la ville.

c- L'époque croisée (1104-1289 ap. J.C.):

Batroun, érigée en seigneurie relevant du comte de Tripoli fut gouvernée par la famille provençale d'Agout. C'est le commerçant pisan Plebanus qui l'avait gouvernée après l'extinction de cette famille. Cette seigneurie s'appelait "Seigneurie de Sainte Montagne". Les Croises se servirent de la citadelle phénicienne (détruite le 9 Juillet 551 ap. J.C. par un tremblement de terre) comme lieu de gouvernement de leur seigneurie. A Koubba, ils avaient construit l'église du Saint-Sauveur (moitie du XIIe s.) et l'église Saint-Jacques de laquelle ne subsistent que la partie d'un mur et les traces de son abside.

d- L'époque du Moutassarrifiat (1861-1918):

C’est l'époque la mieux connue de l'histoire de Batroun. Batroun était une petit port, chef-lieu du caza du même nom. Bien que le littoral de ce district fut étroit -de Selaata à Madfoun- son hinterland étendu, renfermait les localités de Douma, Bechéalé, Tannourine, Qnet, Hadath el-Joubbé, Hasroun, Becharé, Ehden, Zgharta, Hermel et ses environs. La prospérité de Batroun a cette époque était diversifiée: religieuse, culturelle, artistique, architecturale, économique. Elle a pu attirer une population hétérogène en tant que chef-lieu de caza, par sa richesse en moulins, pressoirs, magasins, hôtels, écoles... La prospérité de cette ville, prouve la richesse de sa population comme en attestent les riches villas décorées de peintures murales, les églises Saint-Georges des grecs-orthodoxes, Notre Dame de la Place des maronites et la cathédrale Saint Etienne des maronites.

En ce temps-la, Batroun et sa région vivaient de l'agriculture du mûrier nourriture de base, du ver à soie (19200 kg. de cocon en 1906), de l'olivier (7500 kg, d'huile d'olive en 1906), de la vigne, de l'amandier, du figuier, du blé, de l'orge, du maïs, du tabac; la production de la mer était pour les Batrouniens une nourriture de base. L’industrie était surtout artisanale comme le tabac, le sel, le nettoyages des éponges, le dévidages des cocons de vers à soie...

Batroun avait aussi un rôle important dans le domaine culturel; ainsi la ville a-t-elle donné un certain nombre de poètes et d'écrivains, et son unique imprimerie éditait des journaux, des revues et des livres.

Ces vestiges archéologiques pourraient fournir du travail à un grand nombre de spécialistes (recherche, fouille, restauration, urbanisme et autres...) durant plus d'un siècle.

Joseph T. Merchak
CAPES en géographie
Archéologie et Patrimoine - Publication de la Direction Générale des Antiquités en coopération avec l'UNESCO, No 7, Mai 1997

- Le mur Phénicien: >> Voir la Vue << (2002-09-01)
- Le Théâtre Romain: >> Voir la Vue << (2002-09-01)
- La Ville, la nuit, décoration de Noël: >> Voir la Vue << (2015-01-01)

 

 


Panoramic Views | Photos | Ecards | Posters | Map | Directory | Weather | White Pages | Recipes | Lebanon News | Eco Tourism
Phone & Dine | Deals | Hotel Reservation | Events | Movies | Chat |
Wallpapers | Shopping | Forums | TV and Radio | Presentation


Copyright DiscoverLebanon 97 - 2017. All Rights Reserved


Advertise | Terms of use | Credits