Back Home (To the main page)

 

Sections

About us

Contact us

 
 
Vues Panorama > Nord > Tripoli


Tripoli: Deuxième ville du Liban, la capitale du Liban Nord
par Fulvio Roiter, 1980, Conseil N. de Tourisme au Liban

Tripoli deuxième ville du Liban, la capitale du Liban Nord ainsi qu’on la désigne communément, se présente, au premier abord, comme une ville moderne. A la différence de Beyrouth dont le récent développement a été trop rapide, les immeubles sont ici parfaitement alignés, les rues et les grandes artères bien tracées, l’implantation des commerces et bureaux rationnellement conçue. Mais la ne réside pas sa réelle originalité, bien évidemment, car elle est riche d’un long passé.

De la ville antique qui se trouvait à l’emplacement du vieux port, au nord-ouest de la ville, il ne reste malheureusement rien. Elle était jadis le siège d’une confédération phénicienne groupant Tyr, Sidon et Arados, d’où le nom de Tripolis – la ville triple – que lui donnèrent les Grecs et que les Arabes transformèrent en Trablous. Mais ce qui subsiste de l’époque des Croisades et surtout de celle des Mamelouks, dont beaucoup de monuments sont restés presque intacts, offre un vif intérêt.

Occupée par les Arabes au début du VIIe siècle, Tripoli développa son commerce à toute la Méditerranée. En 1109, les Croisés conduits par Raymond de St. Gilles s’en emparèrent et s’y maintinrent 180 ans. C’est en 1289 que le sultan mamelouk Qalaoun l’occupa à son tour et fit construire au pied du Château de St. Gilles la vieille cité.

Là, dans le décale de rues étroites et grouillantes, souks, khans, mosquées, madrassas (écoles coraniques), boutiques se mêlent aujourd’hui en un vivant désordre. Artisans, tailleurs, échoppes accentuent encore le cachet oriental. On aime à y flâner en imaginant un passé où le temps se vivait dans toute sa plénitude. Flâner, mais regarder, admirer en même temps, car on est en présence de types extrêmement intéressants de l’architecture islamique.

Et tout d’abord les souks de Tripoli. Certains ont six siècles d’âge, tel le Souk des Tailleurs (khan al-Khayatin) où les artisans assis dans de petites niches ne détournent presque jamais le regard, tout appliqués qu’ils sont à leur ouvrage. Par endroits, la toiture portée par de hautes arcades a disparu, découvrant un coin de ciel. Ou encore le khan as-Saboun (Souk des Savons), avec sa cour jardin, ses odeurs légères, et le Souk des Bijoutiers dont les devantures alternent avec celles des marchands d’épices ou de légumes.

Les édifices religieux et civils du temps des Mamelouks constituent un bel ensemble. Les plus anciens de ces monuments ont incorporé les épaves des églises des XIIe et XIIIe siècles. Mosquées et madrassas offrent toutes les caractéristiques de cette époque. Ce sont les madrassas qui, à cet égard, retiennent le plus l’attention parce qu’elles présentent une réelle originalité, tant dans la construction que le décor. Ici, un plafond à alvéoles; là, la ligne capricieuse des corniches, portails et fenêtres de moulures diverses; ailleurs, le jeu compliqué des stalactites et du linteau du portail de la madrassa al-Burtasiya, une des plus fines avec son élégante façade et les assises alternées de pierres noires et blanches.

Une des plus belles mosquées est celle de Taynal que surmonte un splendide minaret. Son architecture sobre, la variété de ses coupoles en font un des monuments les plus intéressants de la ville.

Des travaux effectués il y a quelques années, près du Souk des Tailleurs, ont amené la découverte de vestiges de l’époque byzantine dont une colonne à chapiteau, toujours en place. Les établissements de bains, hammams, se distinguent eux aussi par leurs coupoles, montées avec un grand luxe d’imagination. Leur éclairage donne à ces lieux un aspect bien pittoresque. Remarquable exemple de l’architecture militaire islamique: la Tour des Lions, bâtie au XVe siècle, véritable bastion sur la côte.

Les traces de la période médiévale sont nombreuses dans cette ville où elles évoquent un climat auquel sont sensibles bien des visiteurs. Le Château de St. Gilles est une des plus imposantes forteresses que les Croisés aient édifiées en Orient. En fait, il reste peu de chose de la construction originale. La façade donnant sur le fleuve Abou Ali est bien l’œuvre des Francs, et les autres fortifications datent des reconstructions effectuées par Les Arabes après la prise de Tripoli et l’incendie du château. Il est tout de même curieux de penser qu’au cours des 180 ans d’occupation franque et dans un faubourg qui était tout proche, on parlait la langue d’oc du fait de la présence de comtes poitevins et des dignitaires de la cour provençale. A cette époque, Tripoli s’adonnait surtout à une importante industrie de tissage avec près de 4.000 métiers. Les Mamelouks poursuivirent ces activités.

Dans la ligne de son passé, Tripoli est appelée aujourd’hui à un essor continu. Les entreprises industrielles de la ville et de sa région sont diverses : laminage du fer, industries du bois, du textile, du plastique, salines, huileries, savonneries et autres industries de transformation. Sans compter l’important terminal pétrolier de l’I.P.C., doublé d’une raffinerie. Le commerce est également en plein développement, cependant que son port connaît une activité accrue. Important centre agricole enfin, quoique le champ de ses cultures et plantations, naguère concentrées dans la ville même et ses environs immédiats, se soit étendu aux régions toutes proches du Aakkar et de Dennieh, à la suite d’un extraordinaire boom immobilier, dû à la prospérité et à l’accroissement considérable de sa population. Tripoli a été choisie pour être le siège d’une Foire Internationale annuelle dont les plans ont été conçus par le célèbre architecte Oscar Niemeyer. Elle demeure, en outre, un important centre culturel perpétuant la renommée de sa célèbre bibliothèque.

Tripoli ne laisse cependant pas d’intriguer. Jusqu’où ira son développement galopant? Il est heureux qu’elle comportera toujours de précieuses enclaves où s’exhalent les parfums d’un passé pas si éloigné et qui donnent une visuelle mesure du temps historique.


- Jami' El Kabir: >> Voir la Vue << (2002-04-01)
- Le vieux souk: >> Voir la Vue << (2002-04-01)
- Le vieux souk 2: >> Voir la Vue << (2002-04-01)
- La forteresse Saint Gilles: >> Voir la Vue << (2001-04-01)
- La forteresse Saint Gilles - intérieure: >> Voir la Vue << (2011-08-01)
- La forteresse Saint Gilles et panorama de la ville: >> Voir la Vue << (2012-05-01)
- Iles des Palmiers: >> Voir la Vue << (2008-07-01)
- Ile Abdel Wahab: >> Voir la Vue << (2015-04-15)
- La station des trains 1: >> Voir la Vue << (2010-05-15)
- La station des trains 2: >> Voir la Vue << (2010-05-15)
- La Mosquée Taynal: >> Voir la Vue << (2010-09-15)
- La Mosquée Taynal - Intérieure: >> Voir la Vue << (2015-04-15)
- La Mosquée Taynal - Intérieure: >> Voir la Vue << (2015-04-15)
- Khan el Saboun: >> Voir la Vue << (2010-10-15)
- Khan al Khayyatin: >> Voir la Vue << (2014-06-15)
- Hammam El Nouri: >> Voir la Vue << (2014-06-15)
- La Mosquée Al Bortassi: >> Voir la Vue << (2012-01-01)
- Le Souk Haraj: >> Voir la Vue << (2014-06-15)
- Exposition internationale 1: >> Voir la Vue << (2017-02-01)
- Exposition internationale 2: >> Voir la Vue << (2017-02-01)
- Exposition internationale 3: >> Voir la Vue << (2017-02-01)

 

 


Panoramic Views | Photos | Ecards | Posters | Map | Directory | Weather | White Pages | Recipes | Lebanon News | Eco Tourism
Phone & Dine | Deals | Hotel Reservation | Events | Movies | Chat |
Wallpapers | Shopping | Forums | TV and Radio | Presentation


Copyright DiscoverLebanon 97 - 2017. All Rights Reserved


Advertise | Terms of use | Credits