Back Home (To the main page)

 

Sections

About us

Contact us

 
 
Vues Panorama > Sud > Jezzine > Palais Serhal


Palais Serhal à Jezzine - Œuvre d’un surhomme

1956 - Je fréquentais à l’époque la Faculté Française de Médecine, en particulier la salle des dissections patronnée par mon ami l’illustre Professeur Farid Serhal.

J’étudiais, je dessinais. Etudes de morphologie du corps humains, formes et proportions. Dr. Serhal s’intéressait à mon travail, me racontant souvent ses intimités. « A Jezzine m’a-t-il dit au sud-est de la région, je possède un grand domaine ‘Les vignobles, les Kroums’ avec une petite maison pour les amis et une cave pour le vin et l’arack ». il m’invita. Il me proposa de lui réaliser une fresque sur un mur d’un salon donnant sur une terrasse.

J’ai pensé à une danse, à Bacchus Dieu de la boisson. Danse des fées sous la vigne. Depuis cet ancien temps une amitié nous lia. Nous étions toujours en contact, je lui réalisai certains schémas anatomiques, je passais quelquefois des fins de semaines à Jezzine en cette belle région qui par une route donne à la Bekaa et une autre nous mène vers le sud, Nabatieh, Bent-Jbeil.

1961-62-63, J’étais absent entre Madrid et Paris pour préparer à l’Université une première thèse.

1964- Retour au Liban et visites à mes amis. Le Docteur me raconta que les caves et la maison avaient été détruites et qu’un ‘grand palais’ venait de pousser au même endroit. Durant nos rencontres il me montrait les centaines de Collections de livres qu’il s’achetait : Architectures, sculptures grecques, romaines, byzantines, arabes, italiennes, la renaissance, l’art français, espagnol… les plus beaux châteaux, Paris, la Loire, Londres, les Perses, les Pharaons, les Tsars…

Il collectionnait aussi des tapis ‘signés’ de collections, des pièces antiques, du mobilier ancien, mosaïques, opalines, sculptures, bronzes, peintures…

Nous avons été ensemble voir le chantier ; une vingtaine de tailleurs de pierre travaillaient quotidiennement imitant tel chapiteau, détail, structure, relief, formes, saillie. Il me demandait mon opinion ; on discutait de beaucoup de choses. Je lui ai réalisé entre autres un caducée en plâtre que les tailleurs ont exécuté en pierre ; les signes du zodiaque etc…

Je dis tailleurs de pierres ; je ne dis pas artistes sculpteurs. Ce monument reflétait le ‘’rêve’, la ‘vision’ les fantaisies, l’imagination du docteur, son goût, son génie, son souffle. Un travail de géant.

Il donna une grande réception, un déjeuner… plus de mille personnes étaient présentes.

Ce palais était sa vie, sa conversation, sa passion, sa folie… la façade, le fronton, l’entrée telle Héliopolis étaient grandioses.

Il me demanda un jour de l’accompagner et quelle fut ma surprise : tout ce travail, ce monument était devenu un pavillon, une aile de la construction reliée à l’autre par une monumentale porte centrale c'est-à-dire il avait doublé la superficie de l’édifice, lui cet excellent chirurgien cet être consciencieux, courageux, savant, généreux… Lui qui opérait ses malades tôt le matin pour se diriger à la F.F.M. parmi ses étudiants, s’occuper de ses malades en plus de toutes ses activités et occupations… Que de fois nous avons passé ensemble chez les antiquaires qui lui réservaient un tas d’œuvres et de curiosités…

Il faisait sa tournée chez les antiquaires à Damas, Alep, Turquie, Iran, Irak. Il voyait loin ; ce chirurgien métamorphosé en Architecte créateur, avait la plus grande et la plus belle collection de ‘Narguilhés’ de toutes sortes, formes, périodes, matériel, etc… de même les tapis, les vases d’opalines, cristaux, peintures, sculptures.

1975- Début des événements.

Le ralentissement du travail, du projet, pour s’arrêter quelques années plutard à la suite de la situation et de son décès.

En plein événement, il me téléphona de le rejoindre à Beyrouth pour l’accompagner à Jezzine en sa voiture qui avait une plaque bleue parlementaire. Il voulait me montrer je ne sais quoi. Nous avons passé la nuit dans un annexe à sa clinique au centre de Jezzine pour nous diriger de très bon matin voir le chantier puis rentrer à Beyrouth.

Plus de 20 ans ont passé sans que je me sois dirigé vers Jezzine.

J’y suis allé sur une invitation du Docteur Camille son fils ; l’émotion et la nostalgie m’ont emporté ; j’avais les larmes aux yeux, la parole coupée, moi qui avais connu la nature du terrain l’évolution de la construction, la passion du docteur.

Deux autres fois, je suis rentré de Marjeyoun, du sud ; le conducteur avait emprunté la route de Jezzine une vue d’ensemble panoramique s’imposait de loin.

J’ai appris que le Palais de Farid Serhal était ouvert au public au tourisme comme Héliopolis, Beiteldine, Byblos etc…

Nos merveilleux vestiges ont été érigés par des nations, des empires, de conquérants… Le Palais Serhal a vu le jour grâce à un homme seul, énergique, amoureux de sa région, visionnaire, ne reculant devant aucune difficulté. Plotin, définissant l’architecture, disait : « L’architecture c’est ce qui reste une fois la pierre est ôtée… » Qu’est-ce qui reste ? ce sont les idées, du créateur architecte, sa sensibilité, ses conceptions, son génie, son souffle…

Visiter Jezzine et le palais Serhal est plus qu’une visite, c’est une prière, une communion avec l’âme éternelle de Farid Serhal.


- Palais Serhal - Extérieur: >> Voir la Vue << (2012-04-01)
- Palais Serhal - Intérieur: >> Voir la Vue << (2012-04-01)

 

 


Panoramic Views | Photos | Ecards | Posters | Map | Directory | Weather | White Pages | Recipes | Lebanon News | Eco Tourism
Phone & Dine | Deals | Hotel Reservation | Events | Movies | Chat |
Wallpapers | Shopping | Forums | TV and Radio | Presentation


Copyright DiscoverLebanon 97 - 2017. All Rights Reserved


Advertise | Terms of use | Credits