Back Home (To the main page)

 

Sections

About us

Contact us

 
 
Vues Panorama > Sud > Tyr > Fouilles à Tyr, l'arc de triomphe et l'hippodrome


Tyr ville magique, exhumée du fond des sables
par
Fulvio Roiter, 1980, Conseil National de Tourisme au Liban

Tyr ville magique, exhumée du fond des sables, est un site fabuleux qui fait apparaître à travers la monumentalité des ses ruines, qu'éclairent étrangement les lumières successives d'une même journée, les ambitions architecturales, la vision grandiose que l'Orient sut inspirer au conquérant romain.

Ville suprême qui évoque aussi bien la splendeur phénicienne que romaine et byzantine. Son histoire est très ancienne. Elle remonterait au 3e millénaire, vers l'époque de l'invasion cananéenne. Mais ce qui est sûr, c'est qu'au XIVe siècle avant J.C. - comme en témoignent les tablettes d'al-Amarna - elle était déjà une cité florissante gouvernée par un roi.

A l'origine, Tyr était constitué d'une partie continentale et d'une autre insulaire, non loin de la côte. Au Xe siècle avant notre ère, pour agrandir la ville, Hiram, roi de Tyr, comble les lagunes et gagne sur la mer de grandes étendues de terre. Il construit deux petits ports et un temple. A cette époque Tyr était maîtresse des morts, reine du commerce, mère des colonies qui s'échelonnaient jusqu'aux Colonnes d'Hercule et au delà. Tyr reste, jusqu'au milieu du IXe siècle avant J.C., une cité extrêmement prospère, étendant son empire sur toute la Méditerranée et fondant Carthage. Ses bateaux desservaient aussi bien les ports de l'atlantique et du Pays de Galles que ceux de l'Afrique. Les Tyriens auraient inventé l'art de naviguer la nuit en se dirigeant par les étoiles, crée la teinture du pourpre et le verre, et perfectionné la construction des navires au long cours. Leur influence culturelle se faisait sentir en Grèce où ils introduisirent l'alphabet inventé à Byblos. Comme en témoigne la mythologie grecque par les légendes d'Europe, princesse tyrienne, et de Cadmos, roi tyrien, c'est du sud, en ce temps que venait la lumière...

Cité guerrière, Tyr résista victorieusement dix ans aux Assyriens et treize à Nabuchodonosor, pour ne tomber que devant Alexandre le Grand qui, tentant vainement pendant sept mois de la prendre d'assaut, ne put en venir à bout que par un subterfuge: la construction d'une digue faite avec les blocs de pierre arrachés à la ville côtière. De dépit sans doute, il massacra les défenseurs par milliers. Héroïque cité qui préféra dix fois la destruction à l'humiliation et qui, autant de fois, renaquit de ses ruines.

A l'époque romaine, Tyr parvint à redevenir importante et célèbre, de même qu'à l'époque des Croisades. Avec le temps, une épaisse couche de sable recouvrit ses ruines. Aujourd'hui, grâce aux fouilles, la route romaine qui conduisait à la ville étale son pavage en gros blocs bien conservés sur plus d’un kilomètre; un aqueduc la suit; un arc monumental l'enjambe. Plus de deux cents sarcophages s'alignent de chaque côté de cette route, évoquant par leurs sculptures les légendes homériques. L'un des plus grands, hippodromes de l'époque romaine a été récemment mis au jour. Ce qui essentiellement demeure aujourd'hui de Tyr, ce sont surtout les témoignages de la puissance romaine et de la splendeur byzantine. Dans la nécropole se mêlent, entre les sarcophages, de nombreux monuments funéraires romains et byzantins de tous les styles et de toutes les formes. De la cathédrale élevée au IXe siècle, il ne reste que d'énormes blocs monolithiques. Elle fut reconstruite par les Vénitiens au XIIe siècle et dédiée par eux à Guillaume de Tyr. C'est une fort belle église romaine.

Une verdoyante route côtière relie Beyrouth à Tyr. Elle fera place un jour à une autostrade qui ajoutera à la rapidité ce qu'elle enlèvera au charme. Aujourd’hui encore comme dans son long passé, Tyr est une ville martyre, résistant à de constantes agressions, subissant les conséquences d'un conflit moyen-oriental qui ne cesse de la menacer et de compromettre ce charme qui lui est propre, le cachet original de ses maisons basses avec leur dédale de ruelles, l'activité quotidienne de ses artisans et de ses pécheurs. Les vergers aux alentours de la ville répandent un délicieux parfum de fleurs d'oranger. Non loin du champ de fouilles se déploie sur une dizaine de kilomètres une magnifique plage de sable fin, en attendant la réalisation d'un grandiose projet de station balnéaire, conçu avant la guerre de 1967 et ajourné depuis.

Qu'il s'agisse de la ville antique ou moderne, le seul nom de Tyr évoquera toujours la cité qui, voilà quatre millénaires, fut pendant près de trois siècles, grâce à ses illustres marins qui partirent a la conquête des mers, la ville suprême.

- Fouilles à Tyr: >> Voir la Vue << (2002-05-01)
- L'arc de triomphe: >> Voir la Vue << (2002-05-01)
- Hippodrome de Tyr: >> Voir la Vue << (2002-05-01)
- Al Bass site archéologique: >> Voir la Vue << (2017-05-01)

 

 


Panoramic Views | Photos | Ecards | Posters | Map | Directory | Weather | White Pages | Recipes | Lebanon News | Eco Tourism
Phone & Dine | Deals | Hotel Reservation | Events | Movies | Chat |
Wallpapers | Shopping | Forums | TV and Radio | Presentation


Copyright DiscoverLebanon 97 - 2017. All Rights Reserved


Advertise | Terms of use | Credits