Back Home (To the main page)

Souvenirs and books from Lebanon
 

Sections

About us

Contact us

 
 
SearchFAQMemberlistUsergroupsLog in
Libanais et Langue Arabe / Lebanese and Arabic Language

 

 
Reply to topic     discoverlebanon.com Forum Index » Le Liban... en Français
  View previous topic
View next topic
Libanais et Langue Arabe / Lebanese and Arabic Language
Author Message
admin
Site Admin


Joined: 09 Mar 2007
Posts: 504
Location: Jbeil Byblos

Post Libanais et Langue Arabe / Lebanese and Arabic Language Reply with quote
LES LIBANAIS ET LA LANGUE ARABE (Lebanese and Arabic Language)

De par la situation géographique et l'histoire de leur pays, les Libanais sont portés naturellement vers les lettres et la poésie; c'est pourquoi lorsque la civilisation islamique se trouva engagée dans la voie du déclin à cause des invasions qui entrainèrent l'affaiblissement de la langue arabe, le clergé en général et les moines libanais en particulier ne cessèrent d'enseigner cette langue. Ils éditèrent les manuels scolaires qui furent imprimés au couvent de Saint-Antoine de Kozhaya au Liban-Nord, lequel avait publié en 1620 les premiers psaumes dans les langues syriaque et arabe. Et c'est précisément grâce aux efforts intenses déployés par le clergé et en particulier par les anciens élèves du Collège Maronite de Rome que la renaissance culturelle et littéraire arabe a pu prendre son essor.

Parmi les hommes de lettres qui ont rendu d'éminents services à la langue arabe, figurent Nassif et Ibrahim Yazigi, Boutros Boustany et Ahmad Farès Chidiac, ainsi que Nicolas Turk et Boutros Karamé.

Après ce petit tour d'horizon concernant la contribution des Libanais à l'essor de la langue arabe, on peut, en effet, remonter aux sources des invasions arabo-persanes et analyser les causes du déclin de l'évolution littéraire arabe au début du Xème siècle. Certes, l'apparition des Abbassides, après les Ommayades, sur la scène de l'histoire littéraire arabe et leur influence marquante sur la culture et la politique, ne sont pas dues à un phénomène isolé.

Nous savons tous que la péninsule arabique était située non loin des deux grandes nations de l'ancien monde: l'Egypte et la Babylonie. Or l'arrivée des Grecs en Arabie au temps d'Alexandre le Grand modifia largement la culture et la civilisation du peuple arabe et eut une influence considérable sur l'évolution sociale et littéraire. Toutefois, les tribus errantes du désert étaient totalement isolées du monde, tandis que les Arabes sédentaires, leurs frères de race, avaient des relations économiques et sociales avec les peuples d'Asie et d'Afrique.

Quant aux Abbassides dont le penchant pour les lettres était très sensible ils ne tardèrent pas à faire rayonner dans toute la presqu'ile arabique leur culture et leur attachement particulier aux hommes de lettres et aux poètes. Cependant, vers 850, les Perses envahissent l'Empire Arabe et l'ombre de leurs conquêtes s'étend sur la péninsule. Il était donc normal que l'envahisseur impose sa langue et sa culture aux régions conquises et c'est ainsi que petit à petit la langue arabe commença par disparaître et tomber dans l'oubli.

En outre, l'occupation d'une partie du Moyen-Orient par Byzance et la décision de cette dernière de consacrer ses forces à la sauvegarde de ses intérêts dans cette région eurent pour corollaire que la guerre avec la Perse entraina la ruine totale des villes et l'anéantissement des monastères et des couvents. L'envahisseur n'a jamais réussi à attaquer la haute montagne du Liban où les Maronites étaient établis prés de leurs Patriarches.

Il est utile de signaler aussi que l'impopularité de l'administration byzantine et les défaillances techniques et politiques des Ommayades favorisèrent la nouvelle révolte abbasside en 747 suivie de la domination de Haroun El-Rachid. Ainsi la Syrie et Damas étaient abandonnées et avec elles s'évanouissaient les dernières chances de la constitution d'un empire méditerranéen. La dynastie abbasside s'installa en Irak et Bagdad devint vers 726 le centre culturel et politique du monde arabe. Certes, le choix était heureux car la Mésopotamie restait à l'époque ce qu'elle avait toujours été depuis les temps les plus anciens une contrée plus riche, plus favorisée que ses voisins.

Bagdad fut construite sur la rive ouest du Tigre sur un excellent emplacement pour un camp militaire. Toutefois, les chefs abbassides se firent remarquer par toutes sortes d'excès. Les Khalifes étaient à peine musulmans, écrit Renan. Leur brillante civilisation sera toujours un mélange de rigorisme et de relâchement. La politique d'indépendance et de liberté qu'ils inaugurèrent ne se révéla pas payante. Voilà pourquoi après que l'Islam eût connu sous les Abbassides son age d'or, il se heurta à des difficultés qui allaient bouleverser de fond en comble, toutes les données du problème et changer la face de la culture islamique, et c'est précisément le début de l'invasion perse et la décadence de l'ère abbasside et de la littérature arabe. Au début du XIème siècle seule la poésie persane remplace la poésie arabe et la langue syriaque se propage en haute montagne libanaise.

Apres les Perses, les Ottomans

Vers l'an 1516, la bataille de Marje Dabek entre le Sultan Selim et les Mamlouks ouvrit les portes de la Syrie et de l'Orient Arabe aux Turcs qui constituaient la tribu des Seldjoukides. Peuple militaire par excellence, endurci par des siècles de nomadisme et de misère dans les âpres solitudes de la Haute Asie, les Seldjoukides se convertirent à l'Islam tandis que les Arabes et les Perses, les anciens maîtres de l'Islam Oriental, laissèrent peu à peu s'échapper de leurs mains l'étendard du Prophète. Ainsi, dès le XVIème siècle, le processus de dévolution du monde musulman à l'Empire Turc est achevé, le mot arabe disparaît de l'histoire. Après cinq siècles de domination, le Liban gardait toujours son cachet particulier.

Les Libanais en Egypte

Vers 1870, les hommes de lettres fuyèrent la terreur ottomane et se rendirent en Egypte, qui, à cette époque, représentait une terre de liberté. C'est ainsi que le mouvement littéraire contemporain se développa rapidement à l'ombre des Pyramides et ce sont précisément les écrivains et les poètes libanais tels Gergi Zeidan, Daoud Barakat, Khalil Moutran, Elia Abou-Madi et Yacoub Sarrouf et d'autres qui dénoncèrent le caractère limité de la forme romanesque et poetique en Proche-Orient. Dans l'ensemble, la poésie libanaise s'est répandue à travers les pays arabes. Aux environs de 1910, nos grands écrivains et poètes adoptèrent la prose narrative pour relater les changements survenus depuis la guerre de 1914 dans les rapports sociaux.

Le Liban dont les assises économiques et politiques étaient annihilées par la Sublime Porte, dut subir avec la première guerre mondiale la famine, la terreur et l'émigration.

La crise de 1916 puis la proclamation du Grand-Liban sont les principales étapes qui offrent aux hommes de lettres libanais de nouvelles sources d'inspiration.

Quoi qu'il en soit, la littérature arabe, grâce aux penseurs, aux journalistes et aux écrivains libanais, connut une évolution spectaculaire dans tout l'Orient Arabe.

Joseph Sokhn
Wed Jun 10, 2009 12:15 pm View user's profile Send private message Send e-mail Visit poster's website
AndréAndrés



Joined: 29 Oct 2009
Posts: 9
Location: Italy

Post 3Languages Reply with quote
Once, a little Lebanese girl said in a contest of Italian songs: "I ride with 3 languages in my pocket...". Yes, she was right... "Arabic, French and English", "Arabic, English and French", “Arabic, Armenian and French","Arabic, Kurdish and English”, "one day - perhaps - Arabic, Ladino and French"... Smile Like in Malta: Malti, English and pretty often Italian! Razz Anyway, for not few, lebanese is a language and not arabic... Surprised

_________________
Lebanon is Arab but at the same time it provides many other aspects. Lebanon cannot be only Arab! Lebanon is: Arabs, Modern Phoenicians, Armenians, Kurds, Jews etc
Sun Nov 01, 2009 5:17 pm View user's profile Send private message
AndréAndrés



Joined: 29 Oct 2009
Posts: 9
Location: Italy

Post FrenchVersion Reply with quote
Une fois, une petite fille libanaise a déclaré dans un concours de chansons en italien: «Je roule avec 3 langues dans ma poche...". Oui, elle avait raison... «Arabe, français et anglais», «Arabe, anglais et français", "arabe, arménien et français", "arabe, kurde et anglais», «un jour - peut-être - arabe, ladino et français"... Comme à Malte: Maltais, anglais et italien assez souvent! En tout cas, pour ne pas rares, libanais est un langage et non l'arabe... Surprised

_________________
Lebanon is Arab but at the same time it provides many other aspects. Lebanon cannot be only Arab! Lebanon is: Arabs, Modern Phoenicians, Armenians, Kurds, Jews etc
Sun Nov 01, 2009 6:27 pm View user's profile Send private message
Display posts from previous:    
Reply to topic     discoverlebanon.com Forum Index » Le Liban... en Français
   
Page 1 of 1

 
Jump to: 


 
 
  Panoramic Views | Photos | Ecards | Posters | Map | Directory | Weather | White Pages | Recipes | Lebanon News | Eco Tourism
Phone & Dine | Deals | Hotel Reservation | Events | Movies | Chat |
Wallpapers | Shopping | Forums | TV and Radio | Presentation


Copyright © DiscoverLebanon 97 - 2017. All Rights Reserved

Advertise | Terms of use | Credits