Back Home (To the main page)

 

Sections

About us

Contact us

 
 
Vues Panorama > Beyrouth


Ecole Besançon, Minet el Hosn

La civilisation chrétienne, cette grande lumière qui éclaira l’existence depuis les Pharaons passant par Platon et s’incarnant depuis deux mille ans en le Messie Christ. En cette religion de l’amour, du sacrifice de soi, de l’émancipation, de la liberté, de l’égalité, de toutes les valeurs dans tous les domaines (science, art, sainteté, recherche etc…).

La chrétienté a vu s’épanouir en son sein beaucoup d’ordres s’occupant d’autrui, des démunis, des pauvres (aides, éducation, hospitalisation, soins divers etc…).

Rien qu’à mentionner Sœur Theresa de Calcuta et beaucoup d’autres… les Franciscains, les Dominicains, les Jésuites (les Saints Cœurs) les Sœurs de Saint Vincent de Paul, celles de la Charité… Ces ordres ont vu le jour partout dans le monde et se sont répandus dans tout l’univers comme le blé du semeur qui sème à tout vent.

Au Liban, des dizaines d’ordres s’activent et vivent leur mission.

Nous allons nous arrêter chez les Religieuses de Sainte Anne de Besançon.

Besançon est une ville au Sud du Jura en France, les religieuses portant ce nom se sont répandues dans tout le monde et au Liban particulièrement dans leur couvent à Minet el Hosn à Beyrouth. En 1908, le Père Rémy et Mère Marie Anne fondèrent à Minet el Hosn dans un immeuble appartenant à la société de Saint Vincent de Paul, leur œuvre se développa, elles donnèrent des cours de littérature, de philosophie et arts plastiques et une école ménagère. L’école ménagère, pour les filles et dames, œuvre pour la formation des petites servantes et la protection des jeunes filles.

En 1911 Sœur Herman-Joseph développa trois écoles gratuites : L’une pour les filles, l’autre pour les enfants de la paroisse et la troisième adjointe à l’école ménagère.

Cet essor lui valut la Médaille de la Meute en 1936-1913. Sœur Herman Joseph acheta un terrain, et y construisit des locaux au centre ville.

1914-1918: Durant la première guerre mondiale, les activités furent arrêtées. Les sœurs Françaises furent obligées par les Ottoman de quitter le Liban, elles seront remplacées par des sœurs Libanaises et Suisses : elles distribuèrent des vivres dans leur quartier offrant des soins, aidant…

1924: Une maison d’éducation et un orphelinat furent créés.

1969: Elles furent transférées dans un grand espace avec leurs écoles complémentaires et secondaires.

1976: Les deux branches de Beyrouth et de Hazmieh furent fermées durant la guerre. Les religieuses ouvrirent une école à Kfour dans le Kesrouan.

1977: Sainte Anne de Beyrouth rouvrit ses portes d’une façon continue jusqu’à nos jours.

La maison de Minet el Hosn est très pittoresque et agréable. Le jardin de l’école est florissant, un des plus beaux de Beyrouth. Ce jardin est bien entretenu, divers arbres y poussent, surtout le cèdre devant le bâtiment principal considéré comme historique.

On est en admiration devant cette grande œuvre humaine, sociale, éducative etc… à la fois.

Les religieuses ont beaucoup de mérite. Elles sont dévouées à la formation des filles du Liban de n’importe quelle confession et communauté.

L’on dit: ouvrir une école c’est fermer une prison, et c’est dont on a toujours besoin au Liban.


- Ecole Besançon: >> Voir la Vue <<
(2006-01-15)

 

 


Panoramic Views | Photos | Ecards | Posters | Map | Directory | Weather | White Pages | Recipes | Lebanon News | Eco Tourism
Phone & Dine | Deals | Hotel Reservation | Events | Movies | Chat |
Wallpapers | Shopping | Forums | TV and Radio | Presentation


Copyright DiscoverLebanon 97 - 2017. All Rights Reserved


Advertise | Terms of use | Credits