Back Home (To the main page)

 

Sections

About us

Contact us

 
 
Vues Panorama > Beyrouth


Beyrouth, Le Grand Sérail

En contemplant le Grand Sérail l'observateur est impressionné par la majesté et la somptuosité du lieu. En effet, son architecture imposante dévoile un passé riche en souvenirs et en évènements historiques, notamment durant les périodes qui ont précédées et suivies la première guerre mondiale. L'histoire de ce monument a commencé en 1840, quand les Ottomans aidés par les Anglais ont rétablis leur autorité sur Beyrouth et la Syrie après avoir vaincu les Egyptiens, sous la commande d'Ibrahim Pacha, fils de Mehemet Ali Pacha. Le gouverneur d'Egypte avait conquis Beyrouth en 1831.

Du temps de la présence des troupes égyptiennes à Beyrouth, les habitants désignaient cette colline du nom de "Al-thakanat" (les casernes) parce que Ibrahim Pacha y avait établi son camp et y avait établi son camp et y avait construit ses casernes.

En 1840, l'Empire Ottoman réussit à rétablir sa souveraineté sur l'ensemble des pays du Levant grâce à l'aide de ses alliés, faisant appel aux flottes anglaises, russes et prussiennes. Dès lors, il était tout à fait naturel que les autorités ottomanes s'intéressent au site du Grand Sérail et décident d'y bâtir un édifice qui servira de quartier général aux administrations militaire et civile. Le nouvel édifice est devenu le siège des gouverneurs Ottomans, raison pour laquelle les Beyrouthins ont appelé ce bâtiment "Al Qichlah", terme turc qui signifie garnison ou quartier de soldats.

Al-Qichlah n'a pas servi uniquement à abriter les soldats Ottomans durant cette période car avec la proclamation en 1887 du wilayat de Beyrouth, qui s'étendait de Lattaquié au nord à Naplouse au sud, le bâtiment est devenu le siège du gouverneur Ottoman, également wali de Beyrouth. Ali Pacha a été le premier à occuper ce poste. Dès lors, "Al-Qichlah" a été progressivement connu sous le nom du Sérail du Wilayat et le Beyrouthins n'ont pas tardé à l'appeler "Le Grand Sérail" pour le distinguer du "Petit Sérail" qui était situé dans la partie nord de Sahat Al burj (connue plus tard sous le nom de Place des martyrs).

En 1897, à l'occasion du dixième anniversaire de l'accès au trône de l'Empire Ottoman du sultan Abdul Hamid, une tour d'horloge a été édifiée près du Sérail; elle était l'une des trois tours érigées en cette occasion à Beyrouth, Tripoli et Haifa. La construction de la tour de Beyrouth fut décidée par la municipalité de la ville présidée alors par Cheikh Abdul Kader Qabbani.

La fin de la première guerre mondiale annonça celle de l'Empire Ottoman. Le Grand Sérail a été alors le siège du Haut Commissariat français de Gouraud à Helleu, jusqu'en avril 1941, quand le gouvernement libanais mis en place et présidé par Sami Al-Solh se chargea de la gestion de centaines administrations qui étaient jusqu'alors aux mains des Français , parmi lesquelles figuraient le Grand Sérail. Cheikh Béchara Al-Khoury, premier président de la république après l'indépendance, fut le premier à s'installer au Grand Sérail. Cependant, il ne tardera pas à lui préférer le palais de Qantari, au centre de Beyrouth, qui devenait résidence présidentielle, alors que le Grand Sérail servait de siège au gouvernement de Riyad Al-Solh et aux gouvernements ultérieurs. En 1976 et tout au long de la guerre, l'édifice a été violemment bombardé, cela provoqua de multiples incendies dans tout le bâtiment qui ne tarda pas à tomber en ruines: seuls les rez-de-chaussée et les murs extérieurs résistèrent. Cette situation poussa le gouvernement à s'installer dans les locaux du quartier Sanayeh en 1981, le Grand Sérail ayant été aménagé en partie pour accueillir le Ministère de l'intérieur.

Cet édifice historique, qui a été témoin d'évènements remarquables, riches en symboles durant la première moitié de ce siècle, a repris vie en Août 1998 par les soins du Président du Conseil des Ministres M. Rafic Hariri pour retrouver avec la ville de Beyrouth les glorieux moments du passé.

La reconstruction et la restauration de ce monument, couvrant 21480m2 et comportant 603 arcades a nécessité le travail de 34 ingénieurs et de 1150 artisans et ouvriers durant 900 jours pour construire 39700 m2 sur trois niveaux sans compter le sous-sol et un étage technique sous les combles. Le Grand Sérail ainsi restauré compte désormais 430 salons et salles en plus des espaces de service réservés aux installations électriques et mécaniques, à la maintenance, au chauffage, aux générateurs et à l'entretien du bâtiment sans oublier les espaces réservés aux réservoirs d'eau et aux salles de bain. Les pièces se répartissent comme suit: 85 et 95 au sous-sol et au rez-de-chaussée et 125 au premier et au second étage; les combles forment un étage technique réservé aux installations de service. Les façades extérieures et intérieures ont été richement décorées: 282 arcs en ogive, 197 arcs brisés, 6 en plein cintre, 11 polylobes et de nombreux arcs brisés formant 92 voûtes. De larges entrées, 15 arcades brisées, remarquables, en pierre jaune, comportant pour la plupart des fenêtres rectangulaires encadrées de pierre calcaire blanche surmontées de petites lucarnes en oeil-de-boeuf, restaurées et décorées.

Cheikh 'Abdl Al-Bassit Al-Unsi, Cheikh Taha Al-Wali, Dr. Hassan Hallaq, Dr. Nazih Hariri.

- Beyrouth, Le Grand Sérail: >> Voir la Vue << (2002-05-01)

- Beyrouth, Le Grand Sérail à l'interieur: >> Voir la Vue << (2008-01-01)


 

 


Panoramic Views | Photos | Ecards | Posters | Map | Directory | Weather | White Pages | Recipes | Lebanon News | Eco Tourism
Phone & Dine | Deals | Hotel Reservation | Events | Movies | Chat |
Wallpapers | Shopping | Forums | TV and Radio | Presentation


Copyright DiscoverLebanon 97 - 2017. All Rights Reserved


Advertise | Terms of use | Credits