Back Home (To the main page)

Achats du Liban

 

Sections

About us

Contact us

 
 
Vues Panorama > Beyrouth


Hotel Saint Georges

Contexte historique

Plus qu'un Hôtel, le Saint-Georges construit en 1929 est devenu un mythe et une partie du patrimoine libanais. Debout sur un site unique, entouré par la mer, il a été conçu sous la forme d'un bateau dont la terrasse avant, circulaire, a été le pont, on a profité des avantages du front de mer qui porte son nom.

En 1973, il a été décrit par le magazine "Fortune" comme l'un des plus beaux hôtels du monde. Jusqu'en 1975 il a été le centre cosmopolite de la ville et le privilège des personnalités locales les plus connues et internationales. De nombreux rois, des ministres et des dirigeants politiques ont été les hôtes de l'Hôtel: Le roi Hussein de Jordanie et sa famille, le Shah d'Iran, la princesse Soraya, les ministres français et dont André Malraux, Georges Bush, avant de devenir président des Etats-Unis, les dirigeants chypriotes, le Aga Khan et la Bégum, le roi de l'Afghanistan, le prince d'Abou Dhabi, Chakhbut Sultan Ben-Nahian, Georges Brown, Premier ministre de Grande-Bretagne ...

Les grandes stars ont aussi été vues à l'Hôtel: Brigitte Bardot, Charles Aznavour, Johnny Hallyday, Catherine Deneuve, Alain Delon, Gilbert Becaud, Abdel Wahab, Oum Koulthoum ...

Beaucoup de journalistes de renom, des hommes d'affaires, diplomates et autres personnalités importantes se sont rencontrés régulièrement dans son fameux bar: Le Marquis de Cuevas, David Rockfeller, Jean Paul Getty, le comte de Paris et Isabelle de France, Abou Saïd, correspondant du magazine Time, Muhamed Hasanein Hekal, rédacteur en chef du quotidien égyptien Al-Ahram, le célèbre espion britannique Kim Philby a été vu dans le bar juste avant sa disparition...

Parmi les personnalités libanaises figurées: l'ancien président Camille Chamoun qui était le président honoraire du Conseil d'administration de l'Hôtel, M. Raymond Eddé, M. Kamel el Assad, l'émir Majid Arslan et d’autres…

Malheureusement, pendant la guerre, l'Hôtel a été complètement détruit, pillé et occupé. Pour le magazine "Time", ce fut la fin du Liban et la photo du Saint-Georges dans un cadre noir fut publiée sur sa première page.

Aujourd'hui, tous les Libanais et les étrangers qui ont connu le prestige de l'Hôtel et étaient en attente de sa réouverture, symbole de la renaissance du Liban avec le début du nouveau millénaire, sont surpris de voir qu'il est toujours fermé, alors que le développement dans la région des hôtels est déjà réalisé. Les questions sont les suivantes: Pourquoi le Saint-Georges se tient-il isolé derrière les autres hôtels? Pourquoi ses travaux sont encore retardés? Qui va compenser toutes les pertes subies?

Faits

Depuis 1994, lorsque Fady El-Khoury a décidé de faire revivre l'Hôtel, il a vécu un véritable cauchemar face à des problèmes les plus alarmants et inextricables qui l'empêchent de mettre en œuvre ses plans pour la reconstruction. Un conflit majeur a surgi entre le Saint-Georges et la société Solidere, car cette société a été favorisée, alors que c’aurait dû être le contraire. Le Saint George est un point de repère inévitable et essentiel sans lequel Beyrouth ne peut pas renaître.

En 1994, un décret a été publié par M. Rafic Hariri qui a permis au Saint-Georges de reconstruire l'hôtel, avec 9 étages au lieu de 7 et même de construire une marina juste en face de l'hôtel. Dès que le décret ci-dessus a été finalement promulgué et juste après que les propriétaires de Saint-Georges ont remercié M. Hariri, Solidere a intenté une action en justice contre le Saint-Georges.

Ce fut un décret piégé ou un cheval de Troie destiné uniquement pour permettre à Solidere d’attaquer le Saint-Georges et prendre en charge ses droits.

Ce décret faisait double emploi avec celui publié deux mois plus tôt par Solidere, qui lui donnait le droit de se développer dans une zone maritime en dehors de ses limites dans un domaine qui appartenait au Saint-Georges, donc on violait par là toutes les lois en vigueurs. Cela ne peut signifier que l'intention de M. Hariri n'a pas été sincère et qu'il a donné un faux encouragement à l’hôtel et en ce qu'il a investi, mais il fut piégé dans des problèmes sans fin avec le gouvernement.

En 1995, M. Hariri a promulgué le décret 7660, qui a approuvé un plan directeur pour la zone Hôtel, mais les différends sont restés encore non résolus jusqu'en 1997, lorsque la pression politique a prévalu afin que le Saint George applique le dit décret. Un accord a été signé alors avec la CDR. Ce décret divise le domaine en cinq secteurs.

Secteur 1 – Hôtel

Secteur 2 – Beach

Secteur 3 – Parking

Un triangle en face de l'Hôtel Phoenicia et HSBC a été défini et conçu comme un parking public souterrain pour 350 voitures. Le Saint-Georges a signé un contrat avec le CDR pour exécuter à un coût très élevé ce parking à travers un B.O.T. Ce contrat a été laissé en suspens. Soudain, à travers le Mouhafez et la municipalité de Beyrouth, le secteur 3 a été illégalement divisé en une zone pour la construction de la statue de M. Rafic Hariri et une nouvelle route pour aller à travers elle, gardant ainsi la voie publique à usage privé pour l’accès à l'Hôtel Phoenicia. Maintenant Solidere est fier d'avoir construit un parking pour 350 voitures, alors que le besoin et les attentes seraient pour des milliers de voitures afin de desservir la région.

Secteur 4 – Passages / Routes

Le décret précisait que les routes et les entrées relatives à ce secteur devraient être désignées pour un usage public et être considérées comme des biens publics. Solidere a de nouveau violé le décret en tournant les routes et les entrées dans une propriété privée. La gestion du Saint Georges et ses avocats ont mis en garde le gouvernement et les fonctionnaires concernés par tous les moyens possibles. Malgré l’intervention de l'inspection générale, les parcelles n'ont pas été enregistrées comme des biens publics. Ainsi, la situation restait confuse et indécise. Le ministre de finance, pourrait remettre les propriétés au gouvernement.

Secteur 5 – Marina

La direction de l'hôtel a été allouée d’un tiers seulement de ce qui était son droit. Elle a accepté et signé tous les travaux demandés afin de creuser quatre à cinq mètres dans la mer et la construction du quai selon les spécifications de la CDR. Le gouvernement a approuvé et a reçu le travail aussi complet tel mentionné dans l'accord.

Là encore, il s'est avéré que ce fut un autre piège.

Dès que Saint-Georges a construit sa partie de la Marina, Solidere a commencé une série d'actions afin de séparer l’Hôtel de la mer, cette mer qui fait partie intégrante du site.

Ce que Solidere a fait est totalement inadmissible.

Solidere a érigé des panneaux d'arrêt des bateaux à l’entrée de la Marina de l’hôtel.

Solidere a dirigé les égouts à l'intérieur de la Marina, au lieu de les renvoyer un peu plus loin dans la mer.

Solidere a placé des barrages à l'entrée principale de la Marina pour bloquer le passage des navires.

Solidere a construit un immense mur qui n'est pas conforme aux lois libanaises, qui limitent la hauteur d'un mur à six mètres seulement.

Solidere a bloqué l'entrée principale à l'ouest de la Marina du Saint Georges, sur ce, Fadi El-Khoury a été arrêté car il a intenté un procès contre la police. L'affaire est toujours pendante.

Il est évident et clair pour tous que les intentions de l'administration de Solidere sont les sites d'enfouissement et une grande partie de la mer, car ils peuvent mettre la main sur le port de plaisance à l'Ouest du lagon entre l'Hôtel Saint George et le Port de commerce de Beyrouth. Solidere a été pénalisé, un décret a été publié afin que le gouvernement prenne en charge à cent pour cent le partage auquel Solidere est partenaire.

Solidere a mis la main sur les terres entourant le port de plaisance de l'Ouest et bloqué les passages publics par tous les moyens. Ce terrain a été vendu à une société détenue à 50-50 entre Solidere et M. Safadi, ex-ministre des Transports, qui est normalement chargé à la garde du domaine publique et de ses terres adjacentes.

M. Safadi a émis 3 décrets en trois mois, contournant tous les règlements en ce qui concerne la terre qu'il a acquise illégalement et à construit un bâtiment de neuf étages en dessous de la route afin de bloquer la vue de la mer restante face au Saint Georges.

Le permis a été délivré par le gouverneur M. Kaloush en 2007 initialement pour 3 sous-sols, plus un rez de chaussée et une mezzanine à laquelle il a ajouté 4 étages supplémentaires juste après les élections en 2009.

Maintenant Solidere bloque volontairement le front de mer du Saint George avec des bateaux dont l’un est métallique, rouillé et laid.

Le Saint-Georges dont le nom est synonyme de la mer n'est pas autorisé à utiliser ses Marina, qui historiquement a été le premier de son genre au Liban.

Solidere a commis des irrégularités et ses intrusions illégales sont évidentes pour tout le monde, pourtant, personne n’a protesté dans le gouvernement. Pour la première fois en 15 ans, le ministre du tourisme Mr. Fadi Abboud a tenté d'intercéder en faveur du Saint Georges, mais il n’a pas réussi à convaincre la majorité qui est au pouvoir. Le Saint Georges s’est régulièrement et systématiquement opposé à leurs actes, mais les tribunaux concernés ne répondent pas.

Beyrouth sans l'Hôtel Saint George est comme les cèdres sans arbres et Baalbeck sans colonnes.

- Hotel Saint Georges: >> Voir la Vue << (2010-09-15)


 

 


Panoramic Views | Photos | Ecards | Posters | Map | Directory | Weather | White Pages | Recipes | Lebanon News | Eco Tourism
Phone & Dine | Deals | Hotel Reservation | Events | Movies | Chat |
Wallpapers | Shopping | Forums | TV and Radio | Presentation


Copyright DiscoverLebanon 97 - 2017. All Rights Reserved


Advertise | Terms of use | Credits