Back Home (To the main page)

 

Sections

About us

Contact us

 
 
Vues Panorama > Mont Liban > Aley > Ain Trez


Le Chêne de Ain Trez (Œil, source de Thérèse)

Fin des années soixante, j'étais à Paris, au foyer Sacerdotal et j'avais l'opportunité, d'être à table en compagnie du Père recteur de l'USE père Etienne Sakr et du recteur de l'Université de Cologne en Rhénanie. Ce dernier parlait de la civilisation de "l'arbre", du "livre", du "rocher" et de l'être humain en général. Un pays qui aime, élève, cultive l'arbre.... un pays qui aime le livre son contenu, sa démocratisation, sa propagation... (A l'époque le net n'existait pas encore) un pays qui protège ses rochers "protecteurs"... ce pays suppose offrir un minimum de civilisation, et respecte l'être et ses valeurs... La conversation était longue et animée. Je pensais au Liban pays de l'arbre, berceau de l'alphabet, du livre, à la grande beauté de nos rochers qui ressemblent aux temples, cathédrales, aux sculptures uniques etc... et aux élus pionniers et Saints de ce merveilleux Liban...

Je connais tous les arbres du Liban, l'olivier et le caroubier, le Cèdre et le chêne, le micocoulier et le sycomore (gemmayze), l'eucalyptus et le pin. Beaucoup d'arbres là, sont millénaires surtout ce glorieux chêne présent dans les places de nos villages et prés de nos églises sous lequel le curé faisait la classe aux petits paysans.

Ce Chêne créé à notre image, il ne se plie pas, ne s'agenouille pas, fier comme les rayons solaires qui écrasent les ténèbres. Certains chênes sont devenus des mythes, comme celui de Ain Trez qui résume l'histoire d'une illustre famille les "El Saad" et l'histoire du Liban.

Ces arbres étaient dans les temps anciens à l'égard des sources origines de la vie. On en entent la tradition dans le Deutéronome ch 12/v2 et le 1er livre des rois 14/23, Isaïe 57/5, Abraham a Mambré. Il est raconté que Abraham établit sa tente sous les Chênes de Mambré et que là, il rencontra le Seigneur. Genèse 18/8 comme celui de Ain Trez qui résume l'histoire d'une illustre famille "Les El Saad" et l'histoire du Liban, ses racines se perdent dans nos vestiges historiques, dans notre patrimoine, nos us et coutumes, un chêne qui à une âme côtoyé, aimé, apprécié par la famille El-Saad; leur symbole et inspiratrice.... sous son ombre que de réunions, de rassemblements populaires de tous les coins du Liban, que de présidents, de sommités, d'ambassadeurs, de religieux, d'amoureux... se sont assis, extasies par son imposante présence.

Une présence unique, millénaire... on est saisi devant sa forme, sa grandeur, ses branches étendues de 14 à 40 mètres, son tronc grandiose d'une dizaine de mètres de circonférence, sa hauteur, ses couleurs, ses feuilles, le rythme de ses lignes etc...

Actuellement il est soigné, entretenu, protégé, ses branches sont soutenues pour résister aux fortes tempêtes, il élève ses branches vers le ciel comme les clochers de nos églises pour nous transporter dans son monde de rêve et nous appeler à la prière. Il côtoie le Palais des "El Saad" dont leur histoire remonte au seizième siècle, dont l'aïeul était un prêtre "Père Bechara Mobarak" de Ghosta au Keserouan (dont les descendants furent très rapprochés des émirs Chéhab leur ancêtres glorieux: deux consuls de France à l'époque), édifia le palais de ses descendants; le second Président de la République "Habib Bacha El Saad" une famille dont l'histoire est liée à l'histoire du Liban et du chêne. Le Patriarcat des grecs catholiques et l'école séminaire furent cédés ou vendus symboliquement au Patriarcat grec-catholique (Roum-catholique)

En ce temps, sous l'occupation Ottomane on pouvait posséder un "Caroubier" dans les biens d'autrui, avec un acte de propriété de l'arbre car du caroubier on tirait la "mélasse - debs", la seule source de glucide pour les pauvres gens.

Ce chêne qui s'est introduit dans nos esprits comme nos prières et les belles chansons au lieu de le posséder, il nous possède, et on sent qu'il est un élément inséparable de notre existence...

Le chêne de Ain Trez est un monument comme Héliopolis, comme Sidon ou Byblos, ce n'est pas seulement un refuge pour les oiseaux, sa présence est liée à la notre nous Libanais.

Joseph MATAR

- Ain Trez: >> Voir la Vue << (2012-05-01)
- Ain Trez 2: >> Voir la Vue << (2012-05-01)

 

 


Panoramic Views | Photos | Ecards | Posters | Map | Directory | Weather | White Pages | Recipes | Lebanon News | Eco Tourism
Phone & Dine | Deals | Hotel Reservation | Events | Movies | Chat |
Wallpapers | Shopping | Forums | TV and Radio | Presentation


Copyright DiscoverLebanon 97 - 2017. All Rights Reserved


Advertise | Terms of use | Credits