Back Home (To the main page)

 

Sections

About us

Contact us

 
 
Vues Panorama > Mont Liban > Kesserwan > Bkerké, Résidence patriarcale maronite


Bkerké: Résidence patriarcale maronite

A 25 Km au nord de Beyrouth, et sur le coude grâcieux d'une des collines qui enserrent la jolie baie en arc de cercle de Jounieh dominée par la Vierge de Harissa.

Ce fut d'abord un modeste couvent élevé au 17ème s. par les soins de la famille El-Khazen, qui ont toujours à honneur d'être représentés aux cérémonies solennelles du Patriarcat.

Au temps du Patriarche Youssef Estephan (Né à Ghosta au Kesrouane et qui éleva le couvent Mar Youssef El-Hosn en son village natal où il mourut et fut enseveli), le couvent de Bkerke fut acheté aux Khazen par la Soeur Anne Hindiyeh Ojaimy pour en faire la maison fondatrice de religieuses du Sacré-Cœur, et c'est dans la chapelle de ce couvent que fut enterré le Patriarche Philippe Gemayel (1796).

Ce fut le Patriarche Youssef Hobeiche qui convertit le couvent en résidence patriarcale en 1823, en même temps qu’à Dimane pour résidence d'été, mettant ainsi fin à la vieille résidence du fond de la vallée sainte a Qannoubine. Et c'est le Patriarche Youhanna El-Haj (1890 - 1898) qui l'aménagea dans sa configuration actuelle.

Le Cardinal Patriarche Nasrallah Sfeir y a ajouté une aile en 1995 pour salles de réunion, archives et musée patriarcal; il a aménagé un cimetière pour les Patriarches et embelli la chapelle de vitraux.

En 1997, le 10 mai, Sa sainteté le Pape Jean-Paul II l'a visitée.

Cette résidence est un haut lieu de référence à la fois religieuse et politique. Le Patriarcat de l'Eglise Maronite a été crée en 687 a l'initiative du Pape Saint Serge (qui était de Homs) et de l'évêque saint Jean Maron (de Kfar Hay, caza de Batroun) au terme des dissensions théologiques et politiques (entre Byzantins et Arabes d'une part, et Jacobites et Kalcédoniens d'autres part).

La résidence patriarcale fut à Kfar Hay de 687 à 938, puis dans la région de Jbeil (Mayfouk-Ilij) de 938 à 1440, et à Qannoubine dans la vallée sainte (La Qadisha) de 1440 à 1823.

Le Patriarche maronite a toujours joui au cours de l'Histoire du "Proche-Orient" d'une autorité religieuse et politique indiscutée. Il fut toujours regardé par les autorités tant Ottomanes à Constantinople, qu'occidentales aussi bien les rois de France que la République, comme les représentant autorisé des aspirations de son peuple, toutes les communautés chrétiennes confondues; se faisant "naturellement" l'interprète de leurs revendications et de leurs doléances: rien de grand sur le plan politique ne se fait sans sa participation active et recherchée; Il est une des grandes voix morales de l'Orient que toutes les Puissances entendent et respectent. Il préside "naturellement" l'assemblée des Patriarches et Evêques de tout le Proche-Orient.

Ce Patriarcat s'est vu illustré par des Patriarches de tout premier plan sur le plan religieux, communautaire, culturel ou politique: cf. " Histoire des Maronites", de Boutros Daou, p.390 et 507... Tels saint Jean Maron, le fondateur, ou sa B. Elias Hoyek, le plus actif promoteur de la reconnaissance du Liban comme nation a la conférence de la paix en 1919, cf. Idem p.964.

- Bkerké: Résidence patriarcale maronite: >> Voir la Vue << (2002-11-01)

 

 


Panoramic Views | Photos | Ecards | Posters | Map | Directory | Weather | White Pages | Recipes | Lebanon News | Eco Tourism
Phone & Dine | Deals | Hotel Reservation | Events | Movies | Chat |
Wallpapers | Shopping | Forums | TV and Radio | Presentation


Copyright DiscoverLebanon 97 - 2017. All Rights Reserved


Advertise | Terms of use | Credits