Back Home (To the main page)

 

Sections

About us

Contact us

 
 
Vues Panorama > Mont Liban > Kesserwan > Meyrouba


Meyrouba

Comme la paume d’une main bien ouverte généreuse d’où descendent les doigts en des directions différentes, adossé à un plateau à plus de mille mètres d’altitude, tel d’un château d’eau, d’un carrefour, les routes se distribuent en tous les sens…

Au sud, la localité est cernée de l’autoroute qui mène à Kfardebian, une autre vers Faraya aussi et rejoint la Bekaa, Baalbek, Zahlé… et les centres de ski qu’on voit des hauteurs de Meyrouba…

Du côté nord-ouest une route franchit le dos de montagne et descend vers Lassa et les sources sacrées d’Afca et Kartaba ; à l’ouest la route d’accès au village vient du Kesrouan, de Ftouh, de Ghazir et descend vers Achkout, Harissa, Jounieh…

Ce grand village de Meyrouba est appuyé à la chaîne du Jabal Moussa, Hrajel… A ses pieds dans la vallée profonde coule un torrent dont l’eau vient de ‘Nab el Assal’, ‘Nabel Laban’, ‘Nab el Maghara’… Une strate géologique de Blanche, énorme surface sus les hauteurs cernant l’imposant Sannine dominant toute la région…

De ces hauteurs, les eaux surgissent de partout donnant leur nom au dit village : ''May rouba'', veut dire : qui abonde en eau, ou riche en eau, ou l’eau qui gronde…. Des hauteurs du village, à l’ombre de rares pins parasols, peintres et randonneurs peuvent observer le ‘Sannine’ en toute sa splendeur et suivre toutes les variations de ses nuances chromatiques tout au long de la journée…

Meyrouba est réputé aussi par ses rochers énormes arrachés à la Montagne. Ils sont là entourant comme des sentinelles le village et forment un spectacle de toute beauté, comme sculptés par les mains même du Créateur… les uns ont été baptisés par plusieurs artistes : le temple, les sphinx, l’Autel, Vénus, Ramsès, chapiteaux etc…

Les sources ou Aïns sont nombreuses et jaillissent de partout : ‘Aïn el tannour’ , ‘Aïn el souan’, ‘Aïn el cana’, ‘Ain Merhege’ etc…

La région est surtout agricole de première renommée: on y cultive une pommes dite de Mayrouba; on parlait jadis des ‘pommes de Meyrouba; on en plantait partout au Liban.

Les arbres fruitiers et forestiers sont nombreux. Sur les hauteurs on retrouve d’anciennes carrières préhistoriques remontant au néolithique, l’âge de la pierre, la région s’offrant à une aire de chasse de toutes sortes de gibier.

Quand au village accueillant et hospitalier, respectant les us et coutumes et protégeant les vieilles demeures aux arcades typiques, le village s’est doté d’une infrastructure moderne : électricité, téléphone, eaux d'irrigation, routes, urbanisme et administration, une municipalité qui gère, planifie pour le bon fonctionnement des établissements publics et privés.

Il se trouve des écoles, cliniques, commerces, poste de police, postes, hôtels, communications, tourisme etc… évitant les embouteillages et les difficultés. Dormir à Meyrouba et skier à Faraya qui est à cinq minutes est devenu un slogan.

On peut visiter à Meyrouba le musée commémorative de la messagère du Cèdre et de la Vierge Marie dans le monde, la Présidente, dame de cœur et d'œuvres caritatives Almaza Saadé; la première dame honorée par sa Sainteté le Pape Jean-Paul II dans tout l'Orient.

La municipalité avec son dynamique président étudie beaucoup de projets :

- Aménagement de la vallée de la croix.
- Le festival national de la pomme,
- Sites électroniques
- Le jumelage avec la ville sainte de Bethlehem
- Projet d’un téléférique reliant Meyrouba à Fakra ou se trouvent un centre de ski et des vestiges romains.
- L’amplification internationale de Mayrouba.
- Plusieurs personnalités, religieux hauts placés, ministres, chefs d’Etats, artistes etc… ont été honorées.
- Ouverture sur l’univers, ayant comme ambassadrice la divine mère de Dieu Notre Dame de Meyrouba, tenant une pomme à la main.

Un stade municipal où se déroulent des festivités et compétitions chaque année

Le Saint Patron de Mayrouba est Mar Elias, Saint Elie cet anachorète qui vécut au temps de roi Achab (9ème siècle A.J.C.) qui demeura à Sidon à Sarepta Sarafand au sud Liban et que l'on considère toujours vivant. On dit : Mar Elias el Hay, le vivant; il fut emporté au ciel dans un char de feu comme le raconte le deuxième livre des rois (2/1-18)… D’autres églises s’y élèvent aussi: Notre Dame de Meyrouba, saint Antoine de Padoue… etc…

- Un centre d’été pour les Pères Kremistes (les apôtres)
- Et les colonies de vacances …

La majorité de la population est chrétienne, et maronite ; les gens de Meyrouba sont instruits ; on y rencontre des médecins, des journalistes, des ingénieurs, des avocats, des hommes de lettres, des poètes, des écrivains etc… Des artisans, des hommes de métiers, des commerçants, des agriculteurs et sont tous renommés etc...

Le grand peintre Omar Onsi a vécu dans ce village plus de 25 ans, il en a immortalisé certains coins, paysages, rochers, portraits etc…

Deux grandes familles: les Saadé et les Khalil et d’autres s’imposent par leur nombre leur capacité, leur dévouement, leur énergie qu’ils sacrifient pour leur village.

Meyrouba est un centre d’estivage et de tourisme qu’il faut visiter.

Joseph Matar

- Maison Historique de Rachid Saadé: >> Voir la Vue << (2013-03-01)
- Place centrale de Meyrouba: >> Voir la Vue << (2013-01-15)
- Musée
Almaza Saadé: >> Voir la Vue << (2013-01-15)
- Mayrouba - La Croix
: >> Voir la Vue << (2012-12-01)

 

 


Panoramic Views | Photos | Ecards | Posters | Map | Directory | Weather | White Pages | Recipes | Lebanon News | Eco Tourism
Phone & Dine | Deals | Hotel Reservation | Events | Movies | Chat |
Wallpapers | Shopping | Forums | TV and Radio | Presentation


Copyright DiscoverLebanon 97 - 2017. All Rights Reserved


Advertise | Terms of use | Credits