Back Home (To the main page)

 

Sections

About us

Contact us

 
 
Vues Panorama > Mont Liban > Le Shoof > Al Moukhtara et vallée

Al Moukhtara (l’élue)

L’élue, celle qu’on a choisie. Elle fut nommée Moukhtara du fait que le cheikh Abirabah Joumblat, le grand père du Cheikh Bachir Joumblat au 17ème siècle ‘1663’ avait choisi ce site pour la construction de son palais sur les ruines d’une citadelle romaine.

Les Chehab étaient les émirs, les Joumblat des cheikhs.

Moukhtar veut dire aussi le maire et ‘Moukhtara’ est le féminin du mot.

Moukhtara se trouve dans la région du Chouf au cœur de la montagne à 56km de Beyrouth à une altitude de 825 mètres, un village aux vestiges très intéressants.

On y trouve un grand nombre de maisons typiques, de constructions traditionnelles et un grand nombre de palais…

Le plus représentatif est celui des Joumblat dont les structures actuelles remontent à 1663, et où l’on distingue les influences artistiques Orientales et Italiennes.

Le palais est érigé sur des vestiges très anciens et fut rénové en 1842 après les affrontements qui opposèrent les Joumblat à l’émir Béchir Chehab le grand. En 1788 le jeune Cheikh Joumblat, Béchir, devient le plus riche seigneur du mont.

Aujourd’hui, le palais se distingue par ses grandes façades et ouvertures, ses vitraux ses fenêtres aux arcades en marbre.

En 1810, le jeune Joumblat rivalisait en puissance et argent avec l’Emir Béchir II Chehab qui le jalousait, car lui l’émir n’avait pas grosse fortune, celle des Joumblat venait des vers à soie, mais, aussi du contrôle que le jeune cheikh Béchir versait sur les revenus de la montagne et c’est le jeune Béchir Joumblat qui soldait les déficits de l’Emir.

En 1800 et 1820, la collaboration entre les deux hommes fut étroite. Le cheikh Bachir Joumblat fournissait à l’émir Béchir II les fonds nécessaires pour assouvir la cupidité des pachas turcs.

Le palais de Moukhtara devint un lieu de célébrations solennelles et d’une hospitalisation sans précédant, le palais de Moukhtara surpassait en beauté celui de Beit el Dine.

En 1825, l'émir se jette sur Moukhtara et détruit en partie le palais.

Après le règne de Béchir II le palais est reconstruit.

Dans le palais, les touches orientales et italiennes sont en union harmonieuse.

A Moukhtara, la coexistence est vécue sincèrement, Maronites, Catholiques et Druzes s’entendent bien et tous servent les intérêts publics. Il se trouve l’Eglise Notre Dame des Maronites et une autre, l’Eglise Notre Dame des Grecs-Catholiques.

Les grottes aussi sont nombreuses, les anciens ponts, les vieux moulins, les pressoirs d’huile…

Les anciennes ruelles, le souk ancien de Moukhtara se trouve aussi un ‘Makam’ des Druzes (lieu de prières)

L’environnement est pittoresque à Moukhtara : le fleuve, la vallée d’eau, les monts…

Les restaurants, les cafés, le club, le restaurant de la source etc…

Moukhtara est un centre touristique à visiter.

Joseph MATAR

Vallée de Moukhtara ou la Vallée du Barouk

Parler du Mont-Liban c'est surtout parler du Kesrouane et du Chouf.

Le Kesrouane héroïque représentait presque à lui seul la moitié du Mont-Liban, on lui ôta les deux tiers de Jbail et la moitié du Metn-Nord.

Le Chouf aussi représente une autre grande moitié de ce qui reste c'est à dire Metn-Sud, Aley et le Chouf proprement dit.

Dans ce Chouf se trouvaient toute l'administration des émirs et gouverneurs dont le territoire s'étendait jusqu'à Jezzine au Sud, et ce Mont-Liban couronné par le plus beau mont, tel un fronton sur le Parthénon, le Saninne.

Une région très riche en eau, sources, fleuves, cascades, vallées, ponts, moulins et sentiers. Le Barouk, est une grande source qui alimente villes, villages, agglomérations et arrose de vastes terrains.

Tout au long de la vallée du Barouk se trouvent ponts et moulins construits depuis plusieurs siècles et qui sont toujours debout et solides, malgré leur abandon total, ce qui prouve le savoir faire de nos ancêtres car construire un pont suppose beaucoup de connaissances et une bonne technique et une maîtrise du terrain.

Une excursion dans la vallée du Barouk est une promenade au Paradis. Je ne peux décrire la beauté unique de tout ce qu'on voit, œuvres de la nature et de l'homme créateur et magicien... Des arbres centenaires, une fraicheur inouïe, la pollution n'ayant pas encore atteint les cimes l'air y est des plus purs. C'est absolument féerique!

Je mentionnerais l'un des ponts construit en voûte et reliant les deux bords de la vallée, l'arc central en voûte soutient l'ensemble. Le pont est utilisé pour le passage des gens, des troupeaux, des ânes et mulets... et aussi pour la canalisation de l'eau et l'irrigation. C'était un élément vital qui unissait les deux rives du fleuve, du village dans la vallée du Barouk.

Il y avait entre autres un autre pont nommé le pont du "bassin de la mariée" construit en l'an 913 de l'hégire ou en 1507 dans le calendrier grégorien au temps des Mamlouks. Une inscription y est gravée et datée sur la pierre. Ce pont est considéré comme l'un des plus importants, un pont vital de communication pour passer du Nord au Sud. De la route, il joint dans la région certains villages entre eux, il unit aussi la route de la vallée du Barouk avec celle du fleuve "El Awali" et relie dans la vallée le côté Est et Ouest.

Dans les traditions, le coté folklorique veut que la mariée soit lavée, soignée et parée dans le bassin du même nom.

Découvrir, se promener et respirer en cette vallée est un rêve unique, la beauté du lieu nous soulève vers le sublime.

Joseph Matar - William Matar

- Al Moukhtara: >> Voir la Vue << (2012-05-15)
- Al Moukhtara 2
: >> Voir la Vue << (2012-05-15)
- Vallée de Moukhtara
: >> Voir la Vue << (2014-04-15)

 

 


Panoramic Views | Photos | Ecards | Posters | Map | Directory | Weather | White Pages | Recipes | Lebanon News | Eco Tourism
Phone & Dine | Deals | Hotel Reservation | Events | Movies | Chat |
Wallpapers | Shopping | Forums | TV and Radio | Presentation


Copyright DiscoverLebanon 97 - 2017. All Rights Reserved


Advertise | Terms of use | Credits