Back Home (To the main page)

 

Sections

About us

Contact us

 
 
Vues Panorama > Nord > Le Batroun > Nahr el Joz


Nahr el Joz (Le fleuve des noyers)

Un fleuve qui ne ressemble à aucun autre: Il vient des profondeurs des monts Liban comme tous ceux de la côte il contourne vers le sud et atteint la mer entre Batroun et le massif de Hamath.

Il a gardé son premier aspect tracé par les mains de Dieu. Un cours d’eau féérique, peu de fleuves ont pu garder son charme, vu le difficile accès à ses deux bords, dès qu’engorgé dans une vallée profonde à l’arrivée vers la mer à l’ouest. Il donne lieu à une exploitation de propriétés privées, arrosant des terrains et des jardins de Batroun ou de Koubba, mais en amont, il garde une certaine autonomie et offre des cascades et chutes d’eau entre des bords abrupts et encore sauvages.

Le dernier kilomètre avant son embouchure où s’élève une ancienne forteresse construite au 18ème siècle sur une roche élevée et chargée de la défense de la seule route alors entre Beyrouth et Tripoli. ‘El Moussaylaha’ de meslaha (fortuit) a été envahi par la pollution et les démolisseurs de la nature à coups de Bulldozers : ils exploitèrent une carrière, mordant la montagne et la détruisant ! où sont ces jardins d’orangers, de bananiers, des corossols,… que j’ai connus et admirés ?

Le site réduit en chantier, en remblai sali par les débris plastiques et métalliques, boites, bouteilles etc…

Actuellement on pense à une chirurgie géologique pour reboiser cette petite zone et lui redonner son mystère.

Le fleuve est formé par deux sources qui jaillissent au-dessus de Tannourine (à 1750m) face à Douma à 2430m d’altitude : Aïn el Dally à l’est du village, et la source de ‘el Fattah’ au sud, deux ruisseaux qui se rencontrent pour former ce fleuve, passant au dessous de la forêt des cèdres de Tannourine et serpentant plusieurs villages pour atteindre la côte au sud de Koubba où se déversent ce qui reste de ses eaux en une humble embouchure.

Le fleuve traverse Beit Chlela et le village féérique de Kfar Hilda connu aussi par ‘Bsétines’ el Ossi’ des jardins de ossi où des cascades laissant les spectateurs médusés. Une vue inoubliable et émouvante difficile à décrire : Eaux, verdure, cascades très hautes, … on se croirait au Paradis. Le ministère de l’environnement a classé ‘Nahr el Jaouz’ le 24-2-1998 un patrimoine National et historique.

L’eau traverse un lit de fleuve de plus de 30km environ de longueur descendant de hauteurs de 2435m d’altitude. Aux endroits accessibles du fleuve se trouvent des moulins à eau, des cafés, des restaurants etc… où affluent des touristes nombreux. Du côté de Kaftoun, fonctionne une centrale électrique alimentée par des tuyaux à plus de 100 mètres de hauteurs et dont l’électricité alimente les usines et cimenteries de Chekka.

Au village de Kaftoun où passe le fleuve on découvre un très ancien monastère datant du 6ème siècle à moitié construit dans les rochers de la falaise et restauré par le ministère des antiquités offrant encore d’admirables fresques religieuses où des religieuses orthodoxes cloîtrées s’adonnent à des travaux sur tissus et à la propreté et préservation des lieux, (une douzaine de religieuses) élevant leurs prières au Seigneur. En face de Kaftoun, sur l’autre rive se trouve le village de ‘Bouksmaya’ qui veut dire : le Dieu Bacchus et le vin ‘Le dieu Bacchus et le bord de l’eau’…

Plusieurs routes nous mènent au fleuve : route de Batroun Chekka de Tannourine, de Byblos par Ehmeje, Bcheeleh… du nord par Hadeth etc…

Le fleuve, du côté de Kaftoun reçoit des dizaines d’autocars de touristes, de vacanciers venant pique niquer et polluant la région laissant des déchets, et produits de poubelle : boîtes, bouteilles, fer, plastiques, cartons etc… Ce qui a obligé la compagnie gérant l’eau de la centrale à fermer toutes les routes d’accès à cette zone du fleuve.

En plus des moulins, agriculture, centrales électriques, cafés, restaurants, une partie de l’eau est pompée, filtrée pour alimenter la ville de Batroun et toute la région.

Au bord du fleuve, des arbres de toutes espèces, surtout le noyer arbre qui aime croître au bord de l’eau et qui lui a donné son nom.

- Nahr el Joz >> Voir la Vue << (2011-01-01)

 

 


Panoramic Views | Photos | Ecards | Posters | Map | Directory | Weather | White Pages | Recipes | Lebanon News | Eco Tourism
Phone & Dine | Deals | Hotel Reservation | Events | Movies | Chat |
Wallpapers | Shopping | Forums | TV and Radio | Presentation


Copyright DiscoverLebanon 97 - 2017. All Rights Reserved


Advertise | Terms of use | Credits